0 9 minutes 4 semaines

Qu’est-ce que la règle des 80-20 ?

La règle des 80-20, également connue sous le nom de principe de Pareto, est un aphorisme qui affirme que 80 % des résultats (ou produits) résultent de 20 % de toutes les causes (ou entrées) d’un événement donné. Dans les affaires, l’un des objectifs de la règle des 80-20 est d’identifier les intrants qui sont potentiellement les plus productifs et d’en faire la priorité. Par exemple, une fois que les gestionnaires ont identifié les facteurs essentiels à la réussite de leur entreprise, ils doivent leur accorder la plus grande attention.

Bien que l’axiome 80-20 soit fréquemment utilisé dans le domaine des affaires et de l’économie, vous pouvez appliquer ce concept à n’importe quel domaine, comme la répartition des richesses, les finances personnelles, les habitudes de dépense et même l’infidélité dans les relations personnelles.

Comprendre la règle des 80-20

Pour vous, la règle des 80-20 est une simple relation de cause à effet : 80 % des résultats (outputs) découlent de 20 % des causes (inputs). Cette règle est souvent utilisée pour souligner que 80 % des revenus d’une entreprise sont générés par 20 % de ses clients. Vu sous cet angle, il pourrait donc être avantageux pour une entreprise de se concentrer sur les 20 % de clients qui sont responsables de 80 % des revenus et de leur adresser un marketing spécifique, afin de les fidéliser et d’acquérir de nouveaux clients présentant des caractéristiques similaires.

Principe de base
Au fond, la règle des 80-20 consiste à identifier les meilleurs atouts d’une entité et à les utiliser efficacement pour créer une valeur maximale. Par exemple, un étudiant devrait essayer d’identifier les parties d’un manuel qui lui apporteront le plus d’avantages pour un examen à venir et se concentrer sur ces parties en premier. Cela ne signifie pas pour autant que l’étudiant doit ignorer les autres parties du manuel.

Souvent mal interprétée
La règle des 80-20 est un précepte, et non une loi mathématique absolue. Dans la règle, c’est une coïncidence que 80% et 20% égalent 100%. Les entrées et les sorties représentent simplement des unités différentes, de sorte que le pourcentage des entrées et des sorties n’a pas besoin d’être égal à 100 %.

La règle des 80-20 est souvent mal interprétée. Parfois, le malentendu est le résultat d’un sophisme logique, à savoir que si 20 % des entrées sont les plus importantes, les 80 % restants ne doivent pas l’être. D’autres fois, la confusion provient de la coïncidence de la somme de 100 %.

Contexte de la règle des 80-20

La règle des 80-20 – également connue sous le nom de principe de Pareto et appliquée dans l’analyse de Pareto – a été utilisée pour la première fois en macroéconomie pour décrire la répartition des richesses en Italie au début du XXe siècle. Elle a été introduite en 1906 par l’économiste italien Vilfredo Pareto, mieux connu pour les concepts d’efficacité de Pareto.

Pareto a remarqué que 20 % des cosses de pois dans son jardin étaient responsables de 80 % des pois. Pareto a étendu ce principe à la macroéconomie en montrant que 80% de la richesse en Italie était détenue par 20% de la population.

Dans les années 1940, le Dr Joseph Juran, éminent spécialiste de la gestion des opérations, a appliqué la règle des 80-20 au contrôle de la qualité de la production des entreprises. Il a démontré que 80% des défauts de produits étaient causés par 20% des problèmes dans les méthodes de production. En se concentrant sur les 20 % de problèmes de production et en les réduisant, une entreprise pouvait augmenter sa qualité globale. Juran a baptisé ce phénomène « les quelques problèmes vitaux et les nombreux problèmes insignifiants ».

Les avantages de la règle des 80-20

Bien qu’il y ait peu d’analyses scientifiques qui prouvent ou réfutent la validité de la règle des 80-20, il existe de nombreuses preuves anecdotiques qui confirment que la règle est essentiellement valable, même si elle n’est pas numériquement exacte.

Les résultats de performance des vendeurs dans un large éventail d’entreprises ont démontré le succès de l’intégration de la règle des 80-20. En outre, des consultants externes qui utilisent Six Sigma et d’autres stratégies de gestion ont incorporé le principe 80-20 dans leurs pratiques avec de bons résultats.

Exemple concret de la règle 80-20

Carla, une étudiante diplômée de Harvard, travaillait sur un devoir pour son cours de communication numérique. Le projet consistait à créer un blog et à surveiller son succès au cours du semestre. Carla a conçu, créé et lancé le site. Au milieu du semestre, le professeur a procédé à une évaluation des blogs. Le blog de Carla, bien qu’il ait acquis une certaine visibilité, a généré le moins de trafic par rapport aux blogs de ses camarades de classe.

Quand appliquer la règle des 80-20

Carla a découvert par hasard un article sur la règle des 80-20. Comme cet article disait que ce concept pouvait être utilisé dans n’importe quel domaine, Carla a commencé à réfléchir à la manière dont elle pourrait appliquer la règle des 80-20 à son projet de blog. Elle a réfléchi : J’ai consacré une grande partie de mon temps, de mes capacités techniques et de mes compétences rédactionnelles à la création de ce blog. Pourtant, malgré toute cette énergie dépensée, je ne reçois que très peu de trafic sur le site.

Elle savait que même si un contenu est spectaculaire, il ne vaut pratiquement rien si personne ne le lit. Carla en a déduit que le marketing du blog était peut-être un problème plus important que le blog lui-même.

Application
Pour appliquer la règle des 80-20, Carla a décidé d’attribuer ses « 80 % » à tout ce qui a été fait pour créer le blog, y compris son contenu, et de désigner comme ses « 20 % » les visiteurs du blog.

En utilisant l’analyse web, Carla s’est concentrée sur le trafic du blog. Elle s’est interrogée :

  • Quelles sont les sources qui représentent les 20 % les plus importants du trafic sur mon blog ?
  • Qui sont les 20 % les plus importants de mon public que je souhaite atteindre ?
  • Quelles sont les caractéristiques de ce public en tant que groupe ?
  • Puis-je me permettre d’investir plus d’argent et d’efforts pour satisfaire mes 20 % de lecteurs les plus importants ?
  • En termes de contenu, quels sont les articles de blog qui constituent les 20 % de mes sujets les plus performants ?
  • Puis-je améliorer ces sujets, et obtenir encore plus de traction de mon contenu que ce que j’obtiens actuellement ?

Carla a analysé ces questions et a modifié son blog en conséquence :

Elle a ajusté le design et le persona du blog pour s’aligner sur ceux de son public cible (20 %), une stratégie courante dans le micromarketing.
Elle a réécrit une partie du contenu pour mieux répondre aux besoins de son lecteur cible.
Bien que son analyse ait confirmé que le principal problème du blog était son marketing, Carla n’a pas ignoré son contenu. Elle s’est souvenue de l’erreur courante citée dans l’article – si 20 % des entrées sont les plus importantes, alors les 80 % restants doivent être sans importance – et ne voulait pas commettre cette erreur.

Résultats
En appliquant la règle des 80-20 à son projet de blog, Carla a mieux compris son public et a ciblé ses 20 % de lecteurs les plus importants de manière plus ciblée. Elle a retravaillé la structure et le contenu de son blog en fonction de ce qu’elle a appris, et le trafic sur son site a augmenté de plus de 220 %.

Laisser un commentaire