Light
Dark

Afesdi: Une asbl qui s’engage à lutter contre la faim, à garantir l’accès à l’éducation et à favoriser un mode de vie actif.

Qu’est ce qu’une asbl et à quoi sert elle?

Une association sans but lucratif (ASBL) est une association de personnes physiques ou morales ayant une activité désintéressée, ce qui signifie que ses membres ne peuvent en tirer aucun gain matériel et ne peuvent donc recevoir aucun bénéfice de ces activités contrairement aux entreprises commerciales.
L’ ASBL a une personnalité juridique propre indépendante de celle de ses membres et est titulaire de droits et d’obligations.

Dans cet article, nous allons vous parler d’une organisation à but non lucratif appelée AFESDI, qui est une association fondée par une femme dans le but de changer la vie des gens mais également de renforcer l’autonomie des femmes.

Historique et domaines d’activités

Qu’est-ce que l’ AFESDI ?

Afesdi est une association sans but lucratif d’Appui aux Femmes Solidaires pour le développement Intégré, créée en 2010 par Josée Bashengezi et Dr Jean Bernard Rousseau. Le but de ce projet est de venir en aide aux enfants, aux femmes vulnérables, aux malades sans moyens ainsi qu’aux pauvres dans la région de KABARE dans la province du sud de KIVU en RDC .

Nom & prénom
Josée Bashengezi
Métier/professionSciences sociales / développement rural / ISC kin
Entreprise
Association
Afesdi asbl de droit congolais depuis 2010 et depuis 2017 – Association d’Appui aux Femmes Solidaires pour le Développement Intégré
Site webhttp://www.afesdi.be/
Pays d’origineCongo RDC
Pays d’accueilBelgique
Médias sociauxFacebook
LinkedIn
Instagram
Twitter

Quelle est donc l’histoire d’AFESDI ?

La succession des guerres en RDC et au Sud-Kivu en particulier, a laissé de graves conséquences, encore visibles aujourd’hui. La population vit dans une grande pauvreté, elle a été traumatisée, précarisée, pillée, violée, agressée, affamée et malade. Face à toutes ces souffrances, un groupe de 7 personnes, sous la présidence de Mme Josée BASHENGEZI, a décidé d’intervenir d’urgence, avec ses propres moyens pour aider cette population. Ainsi, en septembre 2010, l’association à but non lucratif AFESDI est née. 

Qui est responsable de AFESDI

Josée Bashengezi, d’origine congolaise et fondatrice d’Afesdi, elle a créé cette association en RDC et est venue en Belgique pour la développerdans le but de continuer son objectif qui est de veiller au bien-être de son prochain et de venir en aide aux plus démunis.

Par ailleurs, ce qui attire particulièrement notre attention est la force de travail de Mme Bashengezi, elle est une source d’inspiration pour de nombreuses associations. Entre la Belgique et le Congo, cette femme est une mère, une grand-mère, elle s’occupe bien de sa famille et ceux qui la côtoient se demandent où elle trouve cette force. Durant ses loisirs, quand elle n’est pas occupée avec Afesdi, elle préfère les promenades, la natation, elle aime cuisiner et faire des recherches sur l’autonomisation de la vie et des femmes dans les zones rurales.

Mais comment trouve-t-elle le temps avec Afesdi Asbl ? Quels sont les défis qu’elle doit relever ? Dans ce format d’interview, elle dévoile les challenges auxquels elle est confrontée dans la gestion de son entreprise et de ses projets, les conseils et les méthodes utilisés dans cette association et une petite anecdote amusante sur l’un de ses projets.

Qui sont les bénéficiaires de ce projet et où sont-ils implantés ?

Les bénéficiaires de Afesdi sont les pauvres en général ; les enfants et les femmes vulnérables, les malades sans moyens, les familles de paysans, en particulier. Ils se situent dans le centre de formation et de réinsertion des jeunes désoeuvrés et vulnérables de CIRUNGA/KABARE en milieu socio professionnel

Comment trouvent-ils les ressources pour financer leur projets ?

Pour financer ce projet , les ressources proviennent des cotisations des membres, des dons, des subventions, des donations ainsi que les revenus provenant des quelques activités d’autofinancement. La principale part de financement jusqu’ici provient des épargnes du Dr. Jean Bernard Rousseau et de Mme Josée BASHENGEZI.

Afesdi a acquis une subvention de 500 $ de l’association SILO Belgique.

L’objectif de ce projet est de créer un village pilote, qui, avec ses propres moyens, peut assurer son autarcie.

Quels sont les domaines d’activité et formations d’ AFESDI?

  Formations de l’artemisia

L’Artemisia est une plante aromatique originaire des régions tempérées d’Asie, et est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles en Chine et en Afrique de l’Est respectivement. Artemisia est connue dans le monde entier pour l’artémisinine qu’elle contient, une substance active utilisée pour lutter contre le paludisme (malaria).


Au moment  où la RDC est frappée par plusieurs maladies infectieuses, les autorités cherchent une solution et c’est à ce moment qu’ Afesdi décide de lancer une parade Maison de l’artemisia , cette parade consistait à former les agriculteurs à la culture de l’artemisia, une plante ayant plusieurs capacités médicales pour traiter les patients souffrant de maladies infectieuses.

Afesdi souhaitait faire de la culture de l’artemisia un mode de vie pour la population du Sud-Kivu. Grâce à cette formation, les participants se sont engagés à vulgariser la culture de l’artemisia  dans leurs régions respectives pour renforcer la lutte contre le paludisme mais aussi d’autres maladies infectieuses sans pour autant engager de grandes dépenses.

Quelques autres domaines d’activités

Josée Bashengezi fait des recherches sur l’autonomisation de la vie et des femmes en milieu rural.

Activités

L’interview de José Bashengezi sur l’AFESDI

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la gestion quotidienne de votre entreprise?

L’association est née au Congo et en Belgique, mais j’ai du mal à trouver une équipe de soutien en Belgique. L’organisation est trop compliquée, surtout quand c’est la première fois, et aussi parce que je n’ai pas eu de formation, tout ce que je fais vient du cœur. Je n’ai pas de contacts ici en Belgique, pas de personnes pour travailler avec moi.

Il y a aussi un souci au niveau du financement, depuis plus de 15 ans, je mets toutes mes économies au service de l’association.

Si vous aviez un conseil à donner à un jeune débutant dans l’associatif, lequel serait-ce?

Il faut trouver une association qui existe et créer une synergie au lieu de recréer, car plus on crée, plus on s’éloigne des faits réels de l’Afrique (chez nous). Afesdi n’est pas pour l’Europe mais plutôt pour l’Afrique. Donc si on veut aider l’Afrique, il faut collaborer avec des associations qui existent déjà en Afrique, surtout pour les jeunes, car ils ont beaucoup d’atouts, beaucoup de choses à nous apprendre. 

Les rapports humains dans une association sans but lucratif peuvent être difficiles à gérer, quelle est votre méthode ?

Si nous voulons nous associer, c’est pour un bien commun, pour un même objectif, ainsi les liens qui existent dans une association doivent avoir une collaboration intense, une complicité.
Car une association au sens propre du terme consiste à ne faire qu’une seule et unique chose, elle ne doit pas être le lieu où il y a des problèmes mais au contraire où l’on peut trouver des solutions à ces derniers.

Donc pour elle, sa méthode consiste à ce que les personnes se sentent unies comme une famille et n’aient pas peur de partager leurs idées.

Une note d’humour, avez-vous une anecdote amusante concernant un projet?

il y a tellement d’anecdotes, comme celle de l’artemisia, au moment où on a lancé l’artemisia en 2016, c’était la guerre avec les multinationales, l’OMS n’était pas d’accord avec cette plante médicinale, personne ne voulait qu’ils parlent de l’artemisia, mais nous nous sommes lancés car nous y croyions. Alors en 2016, on a commencé à cultiver de l’artemisia, on avait des photos, des images de lancement officiel, et pourtant personne ne nous a cru, jusque en 2019 où le Président de madagascar a parlé au Président du congo de cette plante comme quoi  » avec l’arrivée du covid  » et nous étions les seuls à avoir en stock .
Alors quand tout le monde en parlait, tout le monde demandait où la trouver, ils étaient les seuls à l’avoir.

Lire aussi : Marketing – 10 exemples d’appels à l’action inspirants pour booster vos ventes et vos conversions !

Pouvez-vous nous raconter l’histoire du projet qui a été le plus difficile au niveau réalisation et la leçon que vous en avez tiré ?

Il y en a plusieurs, quand nous avons commencé avec l’énergie durable, nous voulions construire une roue en bois comme en Europe, une roue qui tourne avec l’eau pour créer de l’énergie, nous avions comme devise que tout développement devait passer par l’énergie, alors pour construire cette roue il nous a fallu 4 ans mais malheureusement nous pensions que si nous faisions quelque chose de concret nous serions soutenus rapidement mais ce ne furent que des rêves et à ce jour personne ne nous a soutenus.

La leçon est que quel que soit le problème, si vous avez une idée, vous devez la mettre en œuvre.

Laisser un commentaire