Light
Dark

Socios – Accusée de manipulation du prix des crypto-monnaies.

La société Socios, spécialisée dans les jetons de fan, est accusée de manipulation du prix des crypto-monnaies.

Alexandre Dreyfus, le PDG et fondateur du site de jetons de supporters Socios, a été accusé de retenir des paiements afin de maintenir le prix de Chiliz (CHZ), la crypto-monnaie utilisée par la communauté Socios, selon un rapport de Off the Pitch.

Les jetons de fans sont liés à des équipes sportives, des créateurs ou des artistes de la vie réelle, et donnent aux détenteurs de jetons l’accès à des clubs de fans exclusifs où ils peuvent voter sur les décisions au sein de leur communauté. Dans le cas de Socios, la plateforme est centrée sur le sport, les utilisateurs achetant des Chiliz pour acheter les jetons de fans représentant diverses équipes de football, de football, de sports motorisés, etc.

Lire aussi : Conseil – Comment trouver son but ?

Comme le rapporte Off the Pitch, Dreyfus n’aurait pas payé à certains de ses conseillers une part convenue de Chiliz en échange de leur soutien à la crypto-monnaie. Un cadre technologique anonyme a déclaré à Off the Pitch qu’il n’avait reçu qu’une « partie de ce qui avait été promis », et affirme que Dreyfus a commencé à « éviter toute communication avec les conseillers » en septembre 2020.

Sa raison pour ne pas payer les conseillers ? Un message interne de Dreyfus consulté par Off the Pitch indique que Dreyfus ne voulait pas que la valeur de Chiliz s’effondre. « Nous devons également protéger les investisseurs », écrit Dreyfus dans le message capturé à l’écran. « Lorsque vous donnez des jetons gratuits, les gens peuvent vendre à n’importe quel prix – cela n’a pas d’importance pour eux ». Il poursuit en notant que les « vrais investisseurs » qui ont acheté Chiliz pourraient perdre de l’argent suite à la vente de la monnaie par les conseillers.

Le cadre de la technologie a renvoyé Off the Pitch à trois autres conseillers qui n’auraient pas été payés, et a obtenu la confirmation de l’un d’entre eux. Curieusement, ce conseiller a contacté Dreyfus une nouvelle fois – le contexte de leur conversation est inconnu – et a rapporté à Off the Pitch que les quatre conseillers avaient finalement été payés en totalité. On ne sait pas s’il y a encore d’autres conseillers de Chiliz qui ne sont pas payés.

« Nous regrettons que certains conseillers qui ont travaillé avec nous dans le passé n’aient pas été payés en temps voulu et nous avons rectifié cela avec eux directement et maintenons de bonnes relations aujourd’hui », a déclaré un porte-parole de Chiliz à Off the Pitch. « Les accords ont été conclus lorsque la société était en phase de pré-démarrage et à cette époque, nous n’étions pas en mesure d’attribuer directement CHZ car elle n’était pas cotée en bourse. Pour être clair, ce retard est inacceptable et n’est pas la façon dont nous voulons gérer notre entreprise, et ne correspond pas aux normes auxquelles nous nous tenons aujourd’hui. »

Lire aussi : L’effet Cantillon : Pourquoi la richesse des milliardaires américains a augmenté de 2,1 trillions de dollars pendant la pandémie

Les membres du personnel, qui étaient également censés recevoir une partie de leur salaire en Chiliz, n’ont pas eu cette chance. Lorsque la valeur de Chiliz est montée en flèche, un employé affirme qu’il n’a pas pu toucher les 10 millions de dollars que lui devait Dreyfus. Chiliz a ensuite mis en place un nouveau contrat pour remplacer ceux qui avaient été signés par les employés, ce qui s’est traduit par une allocation moindre de crypto-monnaie, rapporte Off the Pitch. L’employé à qui l’on devait 10 millions de dollars n’aurait reçu qu’environ 60 000 dollars à la suite du nouvel accord. Un autre membre du personnel aurait été licencié après avoir parlé de l’affaire à la presse.

Chiliz a répondu au rapport d’Off the Pitch dans un post sur Medium, déclarant qu’il « ne reflète pas la vérité sur cette affaire. »

Laisser un commentaire