0 9 minutes 4 semaines

Le fameux réseau social préféré de la génération Z, TikTok, a de lourdes accusations sur les épaules : favoritisme, snobisme et certains osent même dire racisme. Effectivement, beaucoup de créateurs issus de la diaspora africaine ont décidé de faire une grève de la danse : Analysons ensemble les tenants et les aboutissants de la situation

On se souvient tous de la mort de l’afro-américain George Floyd sur les réseaux sociaux et la toile en général mais pas que, comme diraient les jeunes. Suite aux manifestations et les différentes déclarations de personnalités publiques notamment concernant l’évènement qui a choqué la planète entière, le suivi du procès de l’agent de police qui écopera finalement d’une légère peine n’ont laissé personne indifférent. Quand les hashtags ainsi que les manifestations #BlackLivesMatter envahissent la conscience commune, TikTok a décidé, via son algorithme, de ne pas mettre en avant la propagation de ce mouvement à travers sa plateforme. Peut-être parce qu’ils se considèrent comme pure application de divertissement ou autre, quoi qu’il en soit, le contenu lié à ce mouvement est défavorisé voir censuré.  

Lorsque les influenceurs afro- descendants l’ont compris, très rapidement, plusieurs ont pointé du doigt ce favoritisme en flagrant délit, ce après quoi, la plateforme a répondu qu’elle s’excusait pour le petit « souci technique », un argument qui n’a pas semblé crédible aux yeux des influenceurs qui publient de manière active dans la plateforme. Les créateurs issus de la communauté africaine n’ont pu que serrer leurs dents durant ce petit épisode de conflit. 

La situation entre le réseau social et les créateurs afro-descendants et africains qui nourrissent la plateforme n’a pas évolué : de nouveaux problèmes entre la communauté afro et TikTok ont eu lieu entre-temps, et on peut dire qu’ils sont bien plus graves. 

Des influenceurs afro qui font la grève de la danse ? 

À l’origine de ce ras-le-bol, il y a aussi un constat : beaucoup de chorégraphies, élaborées de base par des influenceurs afro, finissent au-devant de la scène, mais sans qu’on les crédite. Effectivement, les influenceurs afro-caribéens en ont marre de fournir de la créativité pour rester dans l’ombre. 

Parallèlement, les artistes africains accusent TikTok de désavantager via son algorithme tout le contenu lié à l’art africain ou l’art afro-descendant en général. 

Megan Thee Stallion

Megan The Stallion, a sorti début 2021, un morceau qu’elle a nommé « Thot Shit ». Le morceau devient un tube, cumule les ventes, mais n’arrive pas à devenir viral sur TikTok malgré la contribution de plusieurs influenceurs afro qui propagent des chorégraphies dessus. Les créateurs qui travaillent sur les danses en question accusent très rapidement le réseau social de les défavoriser du fait qu’ils sont noirs.

Lire aussi : Liste des « Black » milliardaires 2020

Une grève de la danse a été lancée, initialement, par Erick Louis (200.000 abonnés sur TikTok) avec sa déclaration : « Cette plateforme ne serait rien sans la communauté noire » Il est suivi par CapkenNuckles : « Pour tous mes frères et sœurs de la diaspora africaine possédant un taux de mélanine élevé, nous sommes en grève. On ne va pas créer d’autres danses pour Thot Shit. » 

« Ils n’obtiennent pas le mérite de ce qu’ils font »

Jalaiah Harmon

Jalaiah Harmon, une influenceuse afro-américaine âgée de 14 ans, n’a pas été créditée alors qu’elle a lancé la chorégraphie de danse la plus virale de 2019. Elle l’a appelé “ Renegade” et c’est une danse sur le refrain du morceau Lottery. Bien que son challenge prenne massivement de la visibilité, le mérite n’est pas revenu à la jeune fille, jusqu’à ce que le New York Times finisse par dévoiler son nom au grand public quelques mois plus tard. 

La goutte qui a fait déborder le vase a bien été l’apparition Addison Rae Esterling sur The Tonight Show with Jimmy Fallon.

Lors de son apparition dans l’émission télévisée, Addison a effectivement enseigné au présentateur plus de 8 chorégraphies devenues virales sur TikTok, sans citer aucun des créateurs qui sont, à l’origine, tous africains. Ce petit scandale provoquera aussi son heure de gloire sur la plateforme : les artistes africains et afro-descendant reprochant à TikTok de ne pas leur donner la récompense qu’ils méritent.  

Une plateforme en expansion constante

En plus du souci de reconnaissance des créateurs de contenus africains et afro-descendants, d’autres poids pèsent sur les épaules du réseau social. 

Sortie en 2016, TikTok se propage de manière très  rapide comparée aux autres réseaux sociaux. Là où le pic d’installations chez Facebook a pris du temps à arriver, TikTok est venu s’imposer dans ce large marché en moins de 2 ans comme un concurrent à prendre très au sérieux.  Pourquoi une expansion aussi rapide ? La plateforme est, en elle-même, très rapide. Elle a la spécialité de rendre des contenus viraux très rapidement, c’est ce qui fait sa force mais elle peut également devenir une faiblesse dans certains cas comme dans celui d’Antonella, un autre dossier sombre de TikTok dont je vous dois de parler.

Effectivement, le fait que les contenus deviennent très vite viraux sur la plateforme a permis la propagation d’un contenu très choquant : le suicide d’une enfant italienne, âgée de 10 ans. L’histoire a été très loin : l’Italie a bloqué l’accès au réseau social chinois à tous les utilisateurs dont l’âge n’est pas garanti. De plus, l’autorité italienne de protection des données avait déjà attaqué TikTok en justice en décembre 2019 : elle lui reprochait un manque d’attention à la protection des mineurs, la facilité de contourner l’interdiction de s’inscrire pour les plus petits et des réglages prédéfinis non respectueux de la vie privée. L’incident du suicide la jeune Antonella de 10 ans début janvier leur donne raison à 100%. La fillette a perdu sa vie en essayant de reproduire le jeu du foulard : un challenge devenu viral sur la plateforme où les plus jeunes s’amusent à s’étouffer pour vivre des sensations fortes. Ce ne sera pas le cas d’Antonella, dont le corps sans connaissance sera retrouvé par sa petite sœur, âgée elle de 5 ans. Elle sera transportée à l’hôpital de Palerme en urgence par ses parents mais ne survivra pas. Épisode tragique pour la famille. 

Quoi qu’il en soit, TikTok reste un modèle à suivre pour les réseaux sociaux et Instagram l’a fait avec les Réels. TikTok reste une manière de propager rapidement des mouvements et reste dans la ligne de mire de tous les départements marketing à l’affût de viralité. Certains l’adorent donc, certains la détestent, moi je pense que le mieux c’est d’en éloigner l’émotionnel et de considérer le réseau social avec ses avantages et ses défauts. Et vous ? Avez-vous un compte TikTok ? 

La ségrégation à destination des artistes africains, un problème éternel ? 

Ce n’est pas la première fois qu’on constate qu’il y a des inégalités à destination de la diaspora africaine. 

Vous n’avez pas besoin d’être africain ou afro-descendant pour être sensible à l’injustice sociale. Ne restons pas silencieux à l’égard de ce type de scandales et restons à l’affût de manières à ce que les créateurs, qu’ils soient afro-descendants ou pas, soient respectés pour leur travail. Les récompenses d’un artiste ne devraient jamais varier en fonction de son taux de mélanine..

Laisser un commentaire