Loading...

Les social entrepreneurs africains qui font évoluer le continent en 2020

L’Afrique n’a pas encore atteint son plein potentiel, mais les avancées sur le continent ne  sont pour autant pas négligeables. Beaucoup d’acteurs font bouger les choses notamment les social entrepreneurs, qu’ils soient hommes ou femmes. Une petite sélection s’impose pour mettre en lumière le travail de ces acteurs du continent africain. 

Arielle Ahouansou, pionnière de KEA Medicals

Nous allons commencer cette sélection par une social entrepreneure. Non ! Il ne s’agit pas d’une tentative genrée ni d’une sélection par ordre de mérite. Ici, tous les entrepreneurs se valent, car ils ont une cause commune, faire évoluer l’Afrique. 

Parce que la santé est un des domaines les plus délicats en Afrique, il est important d’innover dans ce sens. C’est ce qu’a compris Arielle Ahouansou, une jeune médecin béninoise qui met le digital au service de la santé en fondant KEA Medicals.

Il s’agit d’une plateforme de santé qui permet au patient de renseigner et de conserver ses informations médicales. Ainsi, grâce à un code QR que chaque patient obtient après enregistrement sur un support, il est plus aisé de retrouver ses données médicales en cas d’urgence. Des centaines de vies peuvent être ainsi sauvées.

Cette initiative a inspiré bien d’autres jeunes à travers le continent et c’est ainsi qu’une plateforme similaire a vu le jour au Sénégal, Sentivale, dans le but de résoudre le même problème d’absence de bases de données médicales.

Vincent Onana Binyegui, Concepteur de Teachmepad au service de l’éducation

Nul ne saurait douter aujourd’hui de la place de l’éducation dans le développement d’un pays et même d’un continent. Afin de permettre l’accès aux enfants des milieux ruraux à un contenu éducatif, Vincent Onana Binyegui, le jeune social entrepreneur Camerounais innove en créant Teachmepad.

Il s’agit d’une tablette éducative dotée d’une dizaine d’applications pour des apprenants du primaire jusqu’à l’université. Le contenu éducatif de la tablette est bilingue et à paramétrer selon le pays africain dans lequel elle est utilisée. Simple d’utilisation, ce dispositif est très vite maîtrisé des apprenants. 

Cette tablette a la particularité d’être conçue en matériaux locaux et surtout accessibles sans connexion internet. Elle utilise l’énergie solaire comme mode de rechargement alternative, idéale donc pour les zones sans électricité. Ce dispositif est réellement pensé pour répondre aux problèmes d’éducation dans les milieux ruraux.

Nthabiseng Mosia, fondateur de « Easy Solar »

Easy Solar est une entreprise commerciale à volet social basée en Sierra Léone et co-fondée par la social entrepreneure Nthabiseng Mosia. L’objectif est de rendre l’énergie solaire plus facile d’accès. Les principales cibles sont les populations de l’Afrique de l’Ouest, qui ne bénéficient pas du réseau national.

L’entreprise met en vente et en location des appareils de haut calibre qui fonctionnent à l’énergie solaire. Ce qui aide énormément les utilisateurs est la possibilité qui leur est offerte de payer par tranches. Alors, tous ceux qui n’ont pas la capacité de payer des appareils électroniques puissants peuvent alors le faire. 

Easy Solar bénéficie des levées de fonds de plusieurs investisseurs tels que Acumen, Gaia Impact Fund, Cordaid, MasterCard et le Fonds SIMA. L’entreprise espère s’agrandir considérablement dans les prochaines années. Toutefois, elle occupe déjà la deuxième place du classement des 30 jeunes entrepreneurs africains les plus prometteurs de Forbes en 2018. 

Bemah Gado, le chasseur de déchets au service de l’environnement 

La pollution sous toutes ses formes est un sujet énormément évoqué, mais qui mériterait beaucoup plus d’actions. Selon l’OMS, l’insalubrité de l’environnement est à la base de plus de 12,6 millions de décès par an. L’Afrique est au cœur de ce phénomène ce qui fait de la gestion des déchets un défi pour le continent. 

C’est là qu’intervient Bemah Gado, le jeune social entrepreneur togolais environnementaliste qui met sur pied une ONG dénommée Stadd et une société, GIP. Elles ont pour but le recyclage des déchets puis leur commercialisation. En 2018, l’ONG a procédé au recyclage de plus de 1000 tonnes de déchets et espère passer à la transformation des déchets. 

Préoccupé également par le statut des femmes sans aucun revenu dans la société, le jeune entrepreneur fait d’une pierre deux coups en recrutant essentiellement des femmes. Il assure ainsi l’autonomisation de la femme africaine améliorant leurs conditions de vie, mais aussi celles de leurs familles.  

Ludwick Marishane, avec DryBath pour les populations sans eau 

Nul n’ignore que l’eau est la source de bien d’inégalités dans le monde et plus encore en Afrique. Le jeune social entrepreneur, Ludwick Marishane alors qu’il était encore lycéen a pensé à une composition de gel qui n’a ni besoin d’eau, ni de savon pour rendre la peau propre. Le but étant de permettre aux populations où l’eau est une denrée rare de profiter d’une meilleure hygiène corporelle.

Le pari est gagné. DryBath a vu le jour quelques années plus tard et s’avère être une solution efficace, aussi bien pour les populations vivant sans eau, que pour les entreprises, les compagnies aériennes et les hôtels. Ce qui a valu à Ludwick Marishane d’être lauréat en 2011 du prix du meilleur entrepreneur étudiant dans le monde par Google.

Lamine Barro,  créateur d’Etudesk « l’université des entrepreneurs »

Évoluer dans l’entrepreneuriat nécessite la mise en œuvre des stratégies efficaces ainsi que l’acquisition de compétences spécifiques. Etudesk est une plateforme créée par Lamine Barro, un social entrepreneur ivoirien soucieux de l’avenir de l’entrepreneuriat en Afrique. L’entreprise intervient aussi bien aux côtés des entreprises que des demandeurs d’emploi et des étudiants.

Elle se donne pour mission de venir en aide aux entreprises en proposant des formations sur mesure. En collaboration directe avec les entreprises, Etudesk identifie les besoins des entreprises puis propose des formations accessibles gratuitement via la plateforme. 

Etudesk forme des étudiants afin qu’ils puissent être compétitifs sur le marché de l’emploi. Les formations permettent d’avoir des compétences spécifiques à certaines industries, ce qui permet de proposer aux entreprises des profils qualifiés pour des postes stratégiques.

Ces jeunes entrepreneurs ne font pas forcément partie des plus riches ou des plus influents de leurs générations, mais ils auront laissé une marque indélébile dans l’histoire de leur continent. Tout le mérite revient à ceux qui chaque jour de leur créativité et de leur main participent à la richesse de l’Afrique.   

Laisser un commentaire

TRIVMPH

UNE VISION POUR CONSTRUIRE VOTRE EMPIRE !

Traduire

Catégories

Le future appartient aux optimistes

%d blogueurs aiment cette page :