0 9 minutes 4 semaines

Depuis quelques années, l’Afrique est « redevenue » la terre promise des entrepreneurs ambitieux venus des quattres coins du monde. Avec le développement économique et la naissance d’une vraie classe moyenne, les opportunités d’affaires se multiplient sur le continent d’or. En 2020, TRIVMPH vous a donné des conseils sur quelques idées d’investissements rentables en Afrique. Cette année, nous revenons à charge avec les secteurs les plus florissants malgré la crise post covid.

Bien que la Covid-19 ait eu un impact néfaste sur l’économie de manière générale, certains secteurs d’activités ont pu tant soit peu se défaire de la crise engendrée par la pandémie.

Les secteurs porteurs ne manquent pas en Afrique : l’agro-alimentaire, les nouvelles technologies, l’environnement, les services, les formations… Ces secteurs regorgent d’immenses opportunités d’affaires intéressantes et ne sont pas encore saturés. Vous pouvez donc trouver votre place et gagner de l’argent. Voici 5 secteurs à fort potentiel dans lesquels vous pouvez investir en Afrique en 2021.

1. Les technologies (Les smartphones)

Un smartphone se vend en moyenne  à 120$, et il se vend comme des petits pains !

L’Afrique est actuellement le deuxième marché à plus forte croissance pour les téléphones mobiles, après l’Asie. Les consommateurs africains cherchent en effet à abandonner la première génération de téléphone pour les smartphones. Il n’est donc pas surprenant que ce soit un marché de plusieurs milliards de dollars pour les smartphones.

Cependant, la plupart des smartphones comme l’iPhone, Blackberry et Samsung sont assez chers pour l’africain moyen. .Cela a créé une énorme opportunité pour les smartphones à bas prix. Le groupe chinois Transsion Holding avec ses marques Tecno et Itel s’est lancé dans une conquête effrénée de l’Afrique en proposant des smartphones calqués sur les besoins en Afrique. Mieux encore, beaucoup de ces smartphones sont fabriqués avec le système d’exploitation Android, ont des caractéristiques similaires à celles des smartphones «haut de gamme» et la plupart sont tout aussi élégamment conçus. C’est donc une bonne affaire de se lancer dans ce secteur . 

2. L’Agro-alimentaire

Dans le rapport « Growing Africa: Unlocking the Potential of Agribusiness », publié en mars 2013, la Banque mondiale assurait que l’agroalimentaire africain avait les moyens de peser 1000 milliards de dollars à l’horizon 2030. Mais cela à condition d’investir massivement et de multiplier les actions en matière de recherche et de développement.

L’Agrobusiness demeure  en quelque sorte jusqu’à aujourd’hui la mine d’or inexploitée de l’Afrique, même si ce secteur est une source potentielle pour générer  des millionnaires. 

Avec plus de 60% des terres arables non cultivées dans le monde, les sols fertiles, la main-d’œuvre abondante, et toute l’année du soleil, l’Afrique sub-saharienne a certainement le potentiel pour devenir le plus grand exportateur mondial de produits alimentaires.

Pourtant, chaque année, les pays africains importent plus de 70% du blé consommé, plus de 300.000 tonnes de poulet et dépensent plus de 10 milliards $ sur les céréales importées, en particulier le riz.

Par rapport à d’autres secteurs de développement, le démarrage en affaires dans l’agroalimentaire ne demande pas d’investissements lourds. Bien entendu, cela dépend du volet de la chaîne dans lequel on s’engage et des outils dont on veut disposer pour opérer.

3. La Santé 

Le système de santé des pays africains apparaît comme l’un des plus fragiles du monde.

L’Afrique souffre d’un manque d’infrastructures hospitalières adéquates capables de prendre en main tout type d’intervention.  Ce secteur peut encore être très bien exploité en créant des hôpitaux, maternités et cliniques privées dans de nombreux pays, ce qui contribuera à réduire le taux de mortalité de la population et à améliorer leur condition de vie globale.

Il est également possible de proposer des formations au personnel soignant dans les hôpitaux publics afin d’améliorer leurs compétences.

Un réseau de santé établi est un élément indispensable pour le développement économique. Mais l’aide au développement pour l’Afrique qui est affectée à la santé n’est pas assez prévisible pour soutenir le type d’investissements à long terme dont le pays a besoin.

L’importation de produits pharmaceutiques, par exemple, coûte à l’Afrique quelque 14 milliards de dollars chaque année. Créer les conditions pour une production locale de produits pharmaceutiques réduirait non seulement ces dépenses, mais créerait aussi environ 16 millions d’emplois.

4. L’Immobilier

En 2050 la population sur le continent africain sera d’à peu près 2,5 milliards de personnes (chiffres ONU). Un chiffre démographique qui a de quoi faire tourner la tête.

Des chiffres clés, un contexte économique africain favorable, une demande constante … Le secteur immobilier en Afrique représente un fort potentiel à l’horizon.  Le marché immobilier de l’Afrique est d’une valeur estimée à plusieurs milliards de dollars, et plusieurs nouveaux millionnaires vont construire leurs fortunes sur ce secteur.

Dans presque tous les coins du continent, des projets immobiliers voient le jour. Les plus grandes attractions sont des hôtels de grande hauteur et les immeubles de bureaux, les résidences et appartements, et les centres commerciaux. Tous les pays africain connaissent un boom de l’immobilier comme jamais auparavant dans l’histoire.La grande et jeune population de l’Afrique, une classe moyenne en pleine expansion, l’urbanisation croissante, l’afflux d’expatriés et les entreprises multinationales sont les principaux moteurs de la demande tant pour l’immobilier commercial et résidentiel.

Le frein principal est le manque d’infrastructures. La Banque africaine de développement estime que le continent nécessite entre 170 milliards de dollars d’investissements dans le secteur. Vous l’aurez compris : la carence en  logements constitue à la fois une faiblesse et une opportunité pour ce secteur. Le fait que beaucoup reste à faire est une excellente opportunité pour les entrepreneurs.

5. E-commerce

En 2000, environ 361 millions de personnes étaient connectées dans le monde. En 2015, ils étaient environ 3.2 milliards. C’est un taux de croissance de 786% ! La vente en ligne est en plein essor en Afrique et cela change la donne pour ce secteur. 

Aujourd’hui, presque la moitié du monde est connectée. En Afrique, 26% de la population a déjà accès à internet, et on estime le nombre d’africains connectés en 2020 à 500 millions. Étonnamment, 90% des africains accèdent à internet avec leur téléphone portable.

Le marché de l’eCommerce en Afrique est en pleine expansion et on estime que la croissance est multipliée par 10 chaque année. Chaque jour des millions de personnes font des achats en ligne. 

Le faible accès à Internet, les problèmes d’infrastructures numériques, les cadres législatifs et institutionnels inadéquats, les consommateurs pas totalement avertis… Tous ces obstacles ne manquent pas pour les opérateurs du e-commerce en Afrique. 

Et pourtant, start-up, entrepreneurs, géants de la distribution en sont convaincus : de la même manière que la téléphonie mobile a bouleversé le marché des télécommunications,  le commerce électronique pourrait aussi changer la donne rapidement. 

Une condition s’impose tout de même :il faudrait  tenir compte de la réalité notamment en termes d’obstacles et s’adapter au fil du temps.

Laisser un commentaire