0 23 minutes 6

L’Ougandais Peter Busomoke est probablement l’un des rares photojournalistes à avoir couvert tous les conflits majeurs de la région au cours des 30 dernières années.

Visiter ses archives sur Getty Images revient à suivre un cours accéléré sur l’histoire des conflits dans la région des Grands Lacs au cours des dernières décennies, de l’incursion de l’Ouganda en République démocratique du Congo à la fin des années 1990, au long conflit de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) dans le nord de l’Ouganda, au déploiement de l’Ouganda dans la Somalie troublée en 2007, à la lutte pour l’indépendance du Soudan du Sud et, plus tard, à la descente de la jeune nation dans un conflit fratricide à partir de 2013.

Choisissez un conflit majeur et l’objectif de Busomoke l’aura probablement couvert. Peu d’images, cependant, capturent l’énorme changement qu’a connu l’armée ougandaise et par extension, la région au cours des deux dernières décennies, comme celle prise fin septembre 2001.

On y voit une colonne des Forces de défense populaires de l’Ouganda (UPDF), vêtues de la tenue militaire de l’époque, uniforme vert kaki et bottes Wellington assorties avec des fusils AK-47 en bandoulière. Ils traversent le village congolais de Mazizi en direction de la ville de Beni, dans l’est du pays.

Le bataillon était l’un des derniers à se retirer après la désastreuse deuxième guerre du Congo, qui a vu l’Ouganda et le Rwanda retourner leurs armes contre leur ancien allié, Laurent-Désiré Kabila, puis entre eux.

Longue marche

Les soldats avaient entamé leur longue marche plusieurs mois auparavant depuis la ville de Bafwasende, située au nord-est du Congo, à 700 km de la frontière ougandaise. Ils n’avaient d’autre choix que de marcher dans l’impitoyable jungle congolaise après que leurs « alliés » rwandais les aient empêchés d’utiliser l’aéroport de Kisangani.

Pour les non-initiés, l’Ouganda et le Rwanda avaient auparavant mené un effort régional pour renverser Mobutu Sese Seko, le président de l’ancien Zaïre, qui est devenu plus tard la République démocratique du Congo (RDC), et l’ont remplacé en 1997 par Kabila, un révolutionnaire autoproclamé du Katanga dont l’organisation de guérilla avait acquis une réputation pour ses opérations de contrebande à travers la frontière congolaise et tanzanienne.

Il avait déjà fait la une des journaux internationaux pour l’enlèvement de trois étudiants américains en 1975.

La lune de miel de Kabila avec ses nouveaux amis est-africains n’a cependant pas duré longtemps. Désormais habitué à la vie présidentielle à Kinshasa et désireux de consolider sa base de pouvoir locale, Kabila a chassé ses alliés rwandais et ougandais en juillet 1998, déclenchant la deuxième guerre du Congo qui a duré jusqu’en 2003.

Le prix à payer par l’Ouganda pour cet aventurisme dans l’arrière-cour de son géant voisin sera élevé. En 2005, la Cour internationale de justice (CIJ), la plus haute instance judiciaire des Nations unies, a jugé que l’intervention de l’Ouganda de 1998 à 2003 avait violé les règles de souveraineté internationale et qu’il était donc tenu de verser des réparations à la RDC.

L’Ouganda est toujours en procès, essayant d’obtenir de la RDC qu’elle réduise sa demande de 11,4 milliards de dollars, ce qui représente une baisse considérable par rapport à sa demande initiale de 23,5 milliards de dollars.

Cette décision a porté un nouveau coup à la réputation du président Yoweri Museveni, jusqu’alors considéré par la communauté internationale comme un homme d’État progressiste et une figure stabilisatrice dans la région troublée des Grands Lacs.

Non seulement ses généraux étaient directement impliqués dans le pillage des ressources congolaises, mais l’UPDF – un rejeton de l’Armée de résistance nationale (NRA) – avait, dans sa conduite des affaires congolaises, perdu son image révolutionnaire vantée et acquis le caractère d’une force mercenaire en maraude alourdie par la corruption, les luttes intestines entre ses commandants et les intrigues.

Même la force réelle de la force a fait l’objet d’une controverse après qu’un comité de trois hommes nommé par Museveni ait impliqué le commandant de l’armée de l’époque et ancien commandant des troupes ougandaises en RDC, le général de division James Kazini, dans la supervision de la création de soldats fantômes sur la liste de paie de l’UPDF et la formation d’une unité militaire semi-autonome (la 409e brigade) dans le Nil occidental.

Il a été traduit en cour martiale et condamné à une peine de trois ans, qu’il a ensuite contestée. Au moment de son assassinat en 2009, Kazini se battait toujours contre ces accusations.

Réformer ou périr

Le verdict de la CIJ est arrivé à un moment difficile pour Museveni. Sur le plan intérieur, il était sur le point de relever le défi le plus important de sa présidence. Le Dr Kizza Besigye, colonel retraité de l’UPDF et ancien médecin personnel, était récemment rentré d’exil en Afrique du Sud.

Même confronté à une série d’accusations de trahison et de viol, il avait décidé de se présenter à la présidence. Contrairement à sa première tentative en 2001, Besigye compte désormais dans ses rangs un certain nombre d' »historiques » du NRM mécontents, dont Eriya Kategaya, ami d’enfance de Museveni et jusqu’alors numéro deux de facto du NRM. Il s’était brouillé avec le parti après la décision de Museveni de briguer un troisième mandat.

Bien que Museveni ait fini par remporter la compétition, alors que l’opposition affirmait qu’il y avait eu des fraudes massives, le message était clair : réformer ou périr.

Deux ans plus tôt, Museveni avait décidé de relever de ses fonctions de commandant de l’armée le général de division Kazini, un vétéran des guerres du Congo, bouillant mais parfois téméraire, et de le remplacer par le général de corps d’armée Aronda Nyakairima, réticent et studieux, ancien officier de renseignement de la garde prétorienne de Museveni, la PPU, puis commandant de la brigade blindée.

La tâche d’Aronda consistait à réformer l’UPDF, à la sevrer de la dépendance triomphaliste de la guerre de brousse et à en faire une institution nationale crédible.

Au cours de la décennie suivante, l’UPDF a connu une série de changements qui ont vu la vieille garde céder le pouvoir à une nouvelle génération de commandants, presque tous diplômés de l’université et formés dans certaines des meilleures académies militaires du monde.

En 2013, lorsque le général Aronda a quitté son costume militaire pour devenir ministre de l’Intérieur, l’armée ougandaise était un animal différent de celui dont il avait hérité.

Plus ça change…

Le terrain et l’éloignement des jungles de l’est du Congo n’ont guère changé, pas plus que leur place centrale dans la matrice sécuritaire de Kampala. Avec la fin de la longue guerre de la LRA dans le nord en 2005, et l’indépendance du Sud-Soudan qui se rapproche, Kampala a enfin établi un tampon de sécurité entre lui et le régime de Khartoum d’Omar el-Béchir.

Privée du soutien crucial des pays arabes, la LRA de Joseph Kony a été contrainte de nicher dans le parc national de la Garamba, au nord-est du Congo, une étendue de forêt de 5 000 km2, deux fois et demie plus grande que l’île Maurice.

Il semblait que l’UPDF devrait retourner au Congo à la poursuite d’un autre ennemi.

En décembre 2008, une frappe militaire conjointe, surnommée opération Lightning Thunder, menée par les UPDF, l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), avec le soutien technique et logistique de l’US Army’s Africa Command, a attaqué et détruit le camp Swahili de Joseph Kony.

Kony, cependant, s’est échappé et, avec un petit groupe de forces de la LRA, s’est retiré dans l’arrière-pays congolais, aboutissant en République centrafricaine, où il continue de terroriser les habitants.

Kony n’étant plus une menace à l’intérieur des frontières ougandaises, l’attention de Kampala s’est portée sur les Forces démocratiques alliées (ADF), une organisation terroriste djihadiste qui, en 2019, a déclaré faire partie de la « province d’Afrique centrale » de l’État islamique (Isis) et qui, depuis le milieu des années 1990, a trouvé refuge dans l’est du Congo.

Bien que le chef, Jamil Mukulu, ait été appréhendé en Tanzanie en 2015 et soit actuellement jugé en Ouganda, les liens du groupe avec Isis et la recrudescence des attaques contre des villages dans la vaste province de l’Ituri, dans l’est de la RD Congo, continuent de représenter une menace crédible.

Ayant tiré les leçons des interventions passées, les architectes de la sécurité ougandaise semblent désormais déterminés à poursuivre une approche plus éclairée de cette menace à travers la frontière entre l’Ouganda et le Congo.

« Le coût de l’établissement de la sécurité à la frontière est très élevé », suggère Angelo Izama, journaliste et analyste vétéran ougandais.

En novembre 2019, par exemple, l’UPDF a annoncé la création d’une division de montagne à part entière au pied des monts Rwenzori à Kabarole, près de sa frontière avec le Congo.

« Les ADF et d’autres forces négatives déstabilisent toujours la partie orientale de la RDC, ce qui crée une plus grande menace pour notre pays. La formation de cette division était attendue depuis longtemps », a déclaré David Muhoozi, alors chef des forces de défense de l’UPDF, selon le Daily Monitor.

La division dispose de forces formées par des instructeurs français à la guerre en montagne.

Une récente flambée de tensions avec le Rwanda voisin et la fermeture de la frontière commune à Katuna/Gatuna en février 2019 ont également vu les deux pays renforcer leurs moyens de sécurité le long de leurs frontières et une augmentation de leurs dépenses de défense.

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, les dépenses militaires en Ouganda ont augmenté pour atteindre 948 millions de dollars en 2020, contre 648 millions de dollars en 2019. Selon ce compte, les dépenses militaires de l’Ouganda ont plus que doublé depuis 2018.

Outre sa posture militaire, l’administration Museveni se tourne également de plus en plus vers de nouveaux marchés régionaux, notamment la RD Congo et la Tanzanie, pour amortir l’impact de la perte de son commerce avec le Rwanda, qui, à son apogée, a engrangé plus de 200 millions de dollars, et le Soudan du Sud, dont la crise économique et politique en cours continue de limiter les perspectives de croissance du deuxième marché d’exportation régional de l’Ouganda.

« Le commerce permet de réduire le coût de la sécurité », affirme M. Izama, qui siège également au conseil d’administration de l’Autorité ougandaise d’investissement.

Mpondwe en pleine effervescence

La ville frontalière ougandaise de Mpondwe, située à 400 km à l’ouest de Kampala, est le poste frontière le plus fréquenté entre l’Ouganda et la RD Congo. En 2019, la ville frontalière était le principal point de sortie ougandais pour les exportations informelles, représentant 36 % de la valeur des exportations informelles, selon la Bank of Uganda. Elle était suivie par Busia, à la frontière avec le Kenya, avec 18 pour cent.

Le journaliste ougandais chevronné Asuman Bisiika, dont la maison se trouve à un jet de pierre du poste frontière dans le conseil municipal de Mpondwe-Lhubiriha, attribue cette situation à la nature contiguë du poste frontière.

« Vous trouverez un ménage à Beni (une ville située à 90 km dans l’est de la RDC) qui possède tout ce qui est fabriqué par Mukwano », dit-il, en référence au conglomérat ougandais Mukwano Group, dont la gamme de produits comprend des plastiques, des huiles alimentaires, des détergents et de l’eau potable conditionnée.

Lire aussi : Gestion des déchets, quelles sont les options qui s’offrent a la RDC

John Bosco Nyundo, un commerçant informel qui exerce son activité entre Mpondwe et Kasindi, dans la province du Nord-Kivu en RD Congo, partage cet avis. Au cours des cinq dernières années, il a constaté une croissance considérable du commerce à travers la frontière commune.

« Le poste frontière est toujours encombré ! » Selon Nyundo, les commerçants congolais obtiennent généralement des produits alimentaires, des vêtements, du poisson, des chaussures, de l’alcool, des pièces de moto et du ciment du côté ougandais, tandis que leurs homologues ougandais ont accès à des matières premières, principalement du bois et des minéraux en provenance du Congo.

L’activité n’est cependant pas sans risque. Il dénonce les extorsions pratiquées par les agents du fisc congolais.

Les chiffres récents de la banque centrale ougandaise indiquent une augmentation des échanges entre Kampala et la RDC. Bien que ce pays soit encore éclipsé par les autres voisins de l’Ouganda, le Kenya et le Sud-Soudan, sa part dans le commerce d’exportation ougandais n’a cessé d’augmenter.

Poste frontière Mpondwe-Lhubiriha

Par exemple, les exportations informelles de l’Ouganda vers la RDC ont plus que doublé, passant de 140 millions de dollars en 2014 à 330 millions de dollars en 2019, alors que sur la même période, les exportations informelles vers l’autre marché régional de l’Ouganda, le Kenya, n’ont connu qu’une modeste augmentation, passant de 93 millions de dollars en 2014 à un pic de 150 millions de dollars en 2018, avant de retomber à 95 millions de dollars en 2019.

En effet, trois des six principales frontières de sortie pour les exportations informelles de l’Ouganda sont avec la RD Congo. Il s’agit de Mpondwe, Bunagana au sud, et Paidha au nord.

Le gouvernement ougandais, en collaboration avec la Banque mondiale et des partenaires comme TradeMark East Africa, prévoit de créer des postes frontaliers à guichet unique (OSBP) dans chacune de ces villes d’ici à la fin de 2022.

« Les OSBP facilitent la circulation des marchandises et contribuent à l’augmentation des volumes commerciaux entre les pays », a déclaré Michael Ojatum, responsable du programme OSBP de TradeMark East Africa.

Des routes « sécurisées » ?

C’est dans ce contexte que s’est déroulée la réunion frontalière de Mpondwe entre les présidents Felix Tshisekedi de la RDC et Museveni à la mi-juin de cette année, lorsqu’ils ont lancé des projets routiers communs reliant les deux pays.

Selon les sources, la première route sera la liaison de 84 km entre Mpondwe et Beni. La seconde ira de Beni à Butembo, sur une distance de 54 km. La dernière section s’étendra sur 94 km du poste frontière ougandais de Bunagana à Goma, en passant par Rutshuru.

Reconnaissant que c’était l’idée de son homologue ougandais de lancer les projets routiers, le président Tshisekedi, récemment élu à la présidence de l’Union africaine, a insisté auprès de son hôte sur la folie de « construire des murs ».

« Il est préférable de construire des ponts et cette initiative est vraiment un exemple de ce que nous devons multiplier comme échanges entre nos pays et entre nos peuples », a-t-il déclaré.

Le projet sera financé dans le cadre d’un partenariat public-privé avec la société ougandaise DOTT Services, à hauteur de 60 % des travaux. Les 40 pour cent restants seront partagés à parts égales entre Kinshasa et Kampala.

Les routes seront construites en 24 mois, selon les responsables ougandais. DOTT Services, dont les intérêts vont des infrastructures à l’énergie en passant par l’exploitation minière, a entrepris des projets similaires en Ouganda et en Tanzanie.

Mais, en raison de l’histoire de l’Ouganda en RDC, l’implication du pays a suscité la suspicion de certaines parties de la population congolaise. Certains y voient un élément de l’intégration sous-régionale de la RDC dans la Communauté d’Afrique de l’Est, mais d’autres sont plus sceptiques en raison de la concrétisation des projets.

« Plusieurs promesses ont été faites précédemment par le président Joseph Kabila de construire ces routes. Il a quitté le pouvoir sans exécuter cette promesse », a déclaré Innocent Mpoze, chercheur à l’Institut Pole, basé à Goma et spécialisé dans la prévention et la résolution des conflits.

Les projets routiers au Congo sont déterminants pour l’héritage de Museveni, qui, entrant dans sa quatrième décennie au pouvoir, doit se rendre compte de l’urgence imminente de son départ de la scène.

N’étant pas étranger à la vision d’ensemble – dans son manifeste électoral de 1996, par exemple, il appelait à une confédération d’États d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale – Museveni a profité de l’occasion de sa prestation de serment en mai 2021 pour attirer l’attention des dirigeants africains sur l’urgence de l’intégration non seulement de l’Afrique de l’Est, mais aussi de l’Afrique tout court.

C’est le moment où les Ougandais et les autres Africains doivent répondre à la question suivante : « Cette génération de dirigeants africains est-elle déterminée à construire une Amérique latine en Afrique ou des États-Unis d’Amérique en Afrique ? » a-t-il déclaré.

Un mois plus tard, lors du lancement du projet routier Ouganda-Congo, Museveni a déclaré : « Nous ne pouvons pas parler de la Communauté économique d’Afrique de l’Est sans parler du Congo. Tout ce que nous voyons ici fait partie de l’Afrique de l’Est depuis des temps immémoriaux. »

Reste à savoir si Kinshasa le croira cette fois-ci.

Les sceptiques

« L’implication de l’Ouganda dans la construction de routes congolaises suscite peu de confiance. Quels sont les intérêts de l’Ouganda à accepter de signer ce protocole d’accord ? C’est un voisin qui a été impliqué dans la déstabilisation des territoires transfrontaliers congolais ! », a déclaré Mpoze.

Interrogé sur le fait de savoir si ces projets représentent une nouvelle opportunité d’améliorer les relations diplomatiques entre les deux voisins, il a répondu : « Pour moi, c’est la preuve de l’incapacité du gouvernement à se prendre en charge. Nous avons une politique de main tendue dans tous les secteurs. Malheureusement, dans ce genre d’accord, ce que le gouvernement donne est toujours plus que ce que le Congo va gagner, et c’est le peuple qui va en souffrir. »

Malgré les réticences, les gouvernements congolais et ougandais ont commencé à travailler sur d’autres projets routiers communs. Lors de la réunion de Mpondwe en juin, les chefs d’État ont ordonné que les préparatifs de la construction d’autres routes, couvrant 294 km.

Il s’agit notamment de la route Nebbi-Goli-Mahagi-Bunia (190 km), qui reliera le district frontalier de Nebbi, au nord-ouest de l’Ouganda, à Bunia, la capitale de la province congolaise de l’Ituri. Bien qu’elle ne soit qu’à 40 km de la frontière, aucune route ne relie Bunia à une quelconque ville ougandaise.

La route Bunia-Bogoro-Kasenyi (55 km) reliera le port congolais de Kasenyi, une plaque tournante croissante pour les exportations vers l’est de la RD Congo via le lac Albert, à son port jumeau ougandais de Ntoroko sur les rives orientales.

L’Ouganda s’est lancé dans la construction du port de Ntoroko, qui, selon Ojatum, est achevé à 47 %. L’OSBP et le port de Ntoroko disposeront d’une nouvelle jetée, d’un pont en béton suffisamment large pour qu’un camion de cinq tonnes équipé d’une grue mobile intégrée puisse décharger directement dans les navires, et d’un entrepôt pouvant accueillir le contenu de dix conteneurs de 40 pieds.

La troisième est la route Rwebisengo-Budiba-Buguma-Njiyapada (49 km), qui relie la ville frontalière ougandaise de Rwebisengo à la province d’Ituri, dans l’est de la République démocratique du Congo, en traversant la rivière Semliki.

Laisser un commentaire