1 23 minutes 233

L’eNaira a été dévoilé à State House par le président Muhammadu Buhari, le lundi 25 octobre. Dans son discours, il a déclaré qu’elle augmenterait les envois de fonds, favoriserait le commerce transfrontalier, améliorerait l’inclusion financière et permettrait au gouvernement d’effectuer plus facilement les paiements sociaux.

Parallèlement à l’innovation, a-t-il ajouté, l’adoption d’une CBDC (Central Bank Digital Currency) pourrait améliorer les activités économiques et augmenter le PIB nigérian de 29 milliards de dollars au cours des dix prochaines années.

« Je suis ravi, a-t-il conclu, de lancer officiellement la monnaie numérique de la Central Bank of Nigeria, appelée eNaira. Ce faisant, nous sommes devenus le premier pays d’Afrique et l’un des premiers au monde à introduire une monnaie numérique pour nos citoyens. »

Dans un communiqué publié le 23 octobre, le directeur de la communication de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Osita Nwasinobi, a déclaré que l’eNaira « marque une étape majeure dans l’évolution de la monnaie et la CBN s’engage à faire en sorte que l’eNaira, comme la Naira physique, soit accessible à tous… Le thème de l’eNaira est : ‘Même Naira, plus de possibilités« .

Dans cet article, nous répondons aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que l’eNaira ?
  • En quoi la eNaira diffère-t-elle des crypto-monnaies telles que le Bitcoin ?
  • Pourquoi la CBN introduit-elle l’eNaira ?
  • Qui sont les partenaires de la CBN dans le déploiement de l’eNaira ?
  • Comment obtenir l’eNaira ?
  • Aurez-vous besoin d’un smartphone pour accéder à l’eNaira ?
  • Comment fonctionne l’eNaira et quels sont ses avantages ?
  • Comment l’eNaira affectera-t-il les banques et les fintechs du Nigeria ?
  • Pourquoi le lancement initial de l’eNaira a-t-il été retardé ?
  • Le lancement de l’eNaira sera-t-il un succès ?

Qu’est-ce que l’eNaira ?

L’eNaira sera une version électronique de la monnaie locale naira papier, de valeur égale et émise par la Banque centrale du Nigeria. Elle n’est pas destinée à remplacer l’argent liquide mais fonctionnera comme un moyen de paiement alternatif sûr et efficace.

En quoi l’eNaira diffère-t-elle d’une crypto-monnaie comme le bitcoin ?

L’eNaira sera une monnaie numérique de la banque centrale, ou CBDC, émise par le gouvernement, et elle aura la même valeur que la monnaie papier, ou fiat.

Lire aussi : Trading – Comment gagner des revenus passifs avec les crypto-monnaies

Les CBDC diffèrent des crypto-monnaies car elles sont réglementées et donc soumises aux lois bancaires. Elles sont émises par une autorité centrale et bénéficient donc de la confiance des commerçants. La CBN a publié ses directives réglementaires pour l’eNaira le 1er octobre.

Comme l’expliquent Davidson Oturu et Oluwapelumi Omoniyi sur le site Mondaq, « la CBDC est définie comme un instrument de paiement numérique, libellé dans l’unité de compte nationale, qui est une responsabilité directe de la banque centrale… [alors qu’à l’inverse] les crypto-monnaies sont construites sur la technologie blockchain qui assure la décentralisation de la création, de la réglementation et de l’utilisation des crypto-monnaies grâce à l’utilisation de réseaux informatiques décentralisés. »

En outre, la technologie blockchain sur laquelle sont construites les crypto-monnaies les rend anonymes. En revanche, si les transactions en eNaira seront rendues anonymes par la CBN, celle-ci aura toujours accès aux informations fournies par les utilisateurs et sera en mesure de retracer les transactions, expliquent Oturo et Omniyi.

Comme l’eNaira a la même valeur que la naira physique, sa valeur augmentera ou baissera par rapport au dollar de la même manière que la monnaie fiduciaire. Il est donc peu probable qu’elle soit aussi volatile qu’une crypto-monnaie. Certaines crypto-monnaies, appelées stablecoins, sont rattachées à des devises, mais aucune n’est soutenue par des gouvernements.

Comme Johnson Chukwu, fondateur et directeur général de Cowry Asset Management Limited, l’a expliqué dans le Morning Show d’Arise News, « il ne s’agit pas de pièces ni de billets, mais d’un format virtuel. Vous ne pouvez donc pas la détenir physiquement, mais vous l’avez comme réserve de valeur, comme moyen de paiement, et elle est soutenue par la bonne foi de la banque centrale… pour chaque unité de cette monnaie que vous détenez, la banque centrale peut vous donner des naira physiques. »

Le lancement est une surprise pour beaucoup, car la CBN, comme d’autres banques centrales, se méfie des crypto-monnaies, comme le bitcoin, depuis leur création. Pas plus tard qu’en février, la CBN a publié une directive interdisant aux banques de prendre part à des transactions financières impliquant des cryptomonnaies, dans lesquelles de nombreux Nigérians ont placé leurs économies pour se protéger de la dépréciation du naira.

Bien que la CBN ait précisé par la suite qu’il n’était pas interdit aux particuliers d’acheter et de vendre, les commerçants ont été contraints d’exercer leur activité sur des plateformes de pair à pair, un véritable marché noir. Le cabinet d’études américain Chainalysis a déclaré que le Nigeria figurait parmi les 10 nations ayant le plus recours aux crypto-monnaies.

Toutefois, sous l’impulsion de la Chine, les banques centrales se rallient de plus en plus à l’idée de créer leurs propres monnaies numériques, qu’elles considèrent comme des outils utiles pour promouvoir les transactions transfrontalières, assurer la stabilité des systèmes de paiement et étendre l’inclusion financière.

Le Nigeria est l’un des quelque 80 pays du monde qui ont exploré cette possibilité, mais il sera le premier à en lancer une en Afrique. L’Afrique du Sud se dirige vers un essai, tandis que le Ghana, le Maroc, la Tunisie, le Kenya et Madagascar en sont tous au stade de la recherche.

Pourquoi la CBN introduit-elle l’eNaira ?

Le début de la pandémie a entraîné la fermeture d’agences bancaires dans tout le pays, et celles qui ont rouvert se trouvent principalement dans les centres urbains. Cela a encore plus exclu du système financier les Nigérians sans compte bancaire vivant dans des zones reculées.

L’un des principaux objectifs de la monnaie numérique est de favoriser l’inclusion. Elle vise à intégrer des millions de Nigérians non bancarisés dans le secteur bancaire. Quelque 55 % des Nigérians adultes n’étaient pas bancarisés en 2020, soit environ 58 millions de personnes. Parmi elles, 35 millions possèdent un téléphone portable et pourraient être touchées par l’argent mobile.

L’un des avantages énumérés par la CBN dans son document de conception de l’eNaira est que celle-ci fournira « un moyen clair pour le gouvernement d’envoyer des paiements directs aux citoyens éligibles à des programmes d’aide sociale spécifiques plus rapidement que par d’autres moyens », sans avoir besoin d’un intermédiaire.

Toutefois, le déploiement initial n’aura lieu que dans certaines zones urbaines (voir ci-dessous), ce qui signifie que les avantages pour les personnes défavorisées dans les zones rurales ne seront pas visibles avant un certain temps.

L’eNaira vise à renforcer la transparence en permettant au régulateur de mieux surveiller les transactions monétaires et d’endiguer le marché noir de la naira papier. La nouvelle monnaie repose sur la technologie du grand livre ouvert de la blockchain, qui réduit le risque de fraude en garantissant que chaque billet d’eNaira est unique et ne peut être dupliqué ou contrefait.

L’eNaira vise également à stimuler les transferts de fonds entrants en offrant aux Nigérians de la diaspora un moyen moins coûteux, plus sûr et plus rapide de renvoyer de l’argent. Les envois de fonds vers le Nigeria se sont élevés à plus de 17,2 milliards de dollars en 2020, selon la Banque mondiale.

Les transferts de fonds font partie intégrante de l’économie nigériane, en particulier pour les personnes non bancarisées, a déclaré Bitt Inc à African Business.

« Cependant, les coûts et la logistique associés à ces transactions peuvent également être prohibitifs pour les personnes vivant dans des régions reculées du pays. L’eNaira permettra des transferts de fonds directs entre Nigérians à l’intérieur et à l’extérieur du pays », a déclaré son représentant.

L’eNaira vise également à réduire les « fuites » des budgets des États grâce à une traçabilité intégrée qui utilise la technologie blockchain. Il est en outre espéré que la nouvelle monnaie offrira une alternative au marché noir des crypto-monnaies. Dans le même temps, comme cette infrastructure donnera aux autorités un contrôle direct beaucoup plus important des transactions, des problèmes de confidentialité pourraient apparaître.

Autre avantage pour le gouvernement, la monnaie numérique devrait permettre de réduire le coût élevé de l’impression de la monnaie physique, qui s’est élevé à 307 milliards de nairas (747 millions d’euros) entre 2014 et 2019, selon un rapport de la CBN.

Qui sont les partenaires de la CBN dans le déploiement de l’eNaira ?

La CBN travaille avec son partenaire technique Bitt Inc, basé à la Barbade, dont le grand livre électronique, connu sous le nom de Digital Currency Management System (DCMS), sera utilisé pour gérer la monnaie.

La décision de désigner une entreprise non nigériane a suscité des critiques dans la presse locale. Dans une déclaration publiée le 18 septembre, le gouverneur de la CBN, Godwin Emefiele, a défendu cette décision, affirmant que la banque centrale avait suivi un processus de sélection « rigoureux ».

Il a déclaré que sur 10 entreprises évaluées sur « la propriété et le contrôle de la technologie, le calendrier de mise en œuvre, l’efficacité et la facilité d’adoption, le soutien à la lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme, la sécurité de la plate-forme, l’interopérabilité et l’expérience de la mise en œuvre », BITT Inc est apparue comme la plus forte.

Il a ajouté que Bitt Inc établirait une société au Nigeria et que la CBN y prendrait une participation majoritaire.

Bitt Inc a collaboré avec l’Eastern Caribbean Currency Union pour lancer « DCash » au début de cette année – la première monnaie numérique émise par une banque centrale d’une union monétaire.

Comment obtenir l’eNaira ?

Le lancement pilote aura lieu à Port Harcourt, Abuja, Kano et Lagos. Dans un premier temps, la monnaie numérique ne sera disponible que pour ceux qui possèdent déjà un compte bancaire. Toutefois, l’eNaira a vocation à être universelle, ce qui signifie qu’il sera possible, à terme, de l’utiliser dans le monde entier pour envoyer et recevoir de l’argent ou payer des biens et des services.

Pour utiliser l’eNaira, il sera nécessaire de créer un portefeuille eNaira, qui est un stockage numérique géré par la technologie blockchain. Pendant le déploiement, il n’y aura qu’une seule version du portefeuille, le Speed Wallet du gouvernement, mais les institutions financières pourront développer leurs propres versions par la suite.

Pour créer un portefeuille eNaira sur un smartphone, les utilisateurs devront télécharger l’application eNaira sur le Google Play Store ou l’Apple Store et effectuer le processus d’enregistrement. Les utilisateurs de téléphones fixes peuvent utiliser des codes USSD et suivre les instructions d’enregistrement.

Une fois le portefeuille eNaira créé, les utilisateurs pourront y transférer de l’argent à partir de comptes bancaires ou de cartes de crédit, et envoyer et recevoir des paiements à d’autres personnes dans cette monnaie numérique.

Aurez-vous besoin d’un smartphone pour accéder à l’eNaira ?

Dans son document de conception pour l’utilisation de l’eNaira, la CBN indique qu’elle a « intégré le besoin d’inclusion dans le principe de conception de base de l’eNaira… Ce principe a permis à la banque de se concentrer sur la simplicité et la facilité d’utilisation, en veillant à ce que les Nigérians qui n’ont pas de téléphone connecté à Internet puissent accéder au service ».

Comment fonctionne l’eNaira et quels sont ses avantages ?

L’eNaira fonctionnera à quatre niveaux : les transactions des consommateurs, les transactions des commerçants/de gros, les transactions financières et les transactions MDA.

Transactions des consommateurs

L’eNaira aura cours légal et les utilisateurs pourront effectuer des paiements de pair à pair à toute personne possédant un portefeuille eNaira sans avoir à passer par un intermédiaire. Les clients pourront utiliser leur portefeuille eNaira pour acheter des biens en magasin en scannant les codes QR.

Les Nigérians pourront ainsi effectuer des paiements pour toutes sortes de biens et de services. Comme la CBN a déclaré qu’il n’y aura pas de frais pour les transactions de pair à pair et les paiements aux commerçants, les consommateurs feront des économies importantes par rapport à ce qu’ils auraient payé s’ils avaient effectué des paiements par le biais d’un service d’argent mobile.

Les Nigérians non bancarisés pourront effectuer des transactions jusqu’à 50 000 N par jour sans avoir besoin d’un compte bancaire, tandis que ceux qui ont un compte bancaire pourront envoyer ou recevoir de l’argent en utilisant un compte bancaire ou une carte de crédit liée à leur portefeuille eNaira. Il sera possible pour les clients de surveiller leur portefeuille, leurs soldes et l’historique de leurs transactions.

Toutefois, l’argent détenu dans un porte-monnaie eNaira ne sera pas rémunéré.

Les utilisateurs pourront transférer de l’argent de leur portefeuille numérique vers leur compte bancaire ordinaire, mais il ne sera pas possible de retirer des naira physiques d’un distributeur automatique à partir du portefeuille.

L’une des principales différences entre l’eNaira et les portefeuilles électroniques existants est qu’il ne permettra pas de suspendre les transactions, a déclaré Johnson Chukwu de Cowry Asset Management Limited sur le Morning Show d’Arise News.

« Une fois que vous avez effectué la transaction, elle est terminée immédiatement », a-t-il déclaré.

Le plus gros problème pour les particuliers avec la monnaie numérique serait s’ils perdaient leur code d’accès. « Alors vous aurez du mal à récupérer votre argent », a-t-il dit.

Le site eNaira de la CBN donne un exemple de la manière dont la monnaie numérique devrait fonctionner pour les transactions internationales. Olugbenga Fakoredele Arenola, fournisseur de tôles de toiture basé à Abuja, décrit combien il s’attend à ce qu’il soit plus facile d’effectuer des paiements à son fournisseur ghanéen pour une expédition urgente de matériaux :

« Avec eNaira, je pourrais lui acheter n’importe quelle quantité de marchandises sans me soucier de savoir si l’IMTO que j’utilise est le même que le sien, s’il est affilié au sien, s’il est lié à sa banque ou si son IMTO est lié à ma banque. Il me suffit d’entrer le montant et de l’envoyer directement dans son portefeuille, et il le reçoit instantanément en équivalent Cedi… Je n’aurais plus besoin d’attendre le matin comme je le faisais alors ».

La rapidité de la transaction permettra de respecter plus facilement les délais et donc de ne pas perdre d’affaires à cause des retards, dit Arenola.

Autres niveaux de transaction

Les directives réglementaires de la CBN donnent également des détails sur les types de transaction pour les commerçants, les institutions financières (IF) et les ministères, départements et agences (MDA) :

Transactions des commerçants

Les services suivants seront disponibles pour les commerçants sur la plateforme eNaira :

  • Marchand/entreprise vers compte bancaire ;
  • Marchand/entreprise à personne (M/B2P) ; et
  • Cash to eNaira.

Les commerçants doivent balayer quotidiennement le(s) solde(s) de leur caisse dans les comptes de leur IF.

Transactions de l’IF

Les services suivants seront disponibles pour les IFs sur la plateforme eNaira :

  • IF à CBN / CBN à FI ;
  • IF à Gouvernement / Gouvernement à IF ;
  • IF à Entreprise / Entreprise à IF ; et
  • de l’IF au client.

Transactions MDA

Les services suivants seront disponibles pour les MDA sur la plate-forme eNaira :

  • MDAs à Personne / Personne à MDAs ;
  • MDAs à MDAs ;
  • MDAs to FIs / FIs to MDAs ;
  • MDAs à CBN / CBN à MDAs ; et
  • des MDA aux entreprises / des entreprises aux MDA.

Comment l’eNaira affectera-t-il les banques et les fintechs du Nigeria ?

Les institutions financières nigérianes seront de proches partenaires du gouvernement dans le développement du nouveau système, mais certains aspects de celui-ci pourraient avoir un impact important sur leurs modèles de revenus.

Bien que les institutions financières soient en mesure de développer leurs propres portefeuilles eNaira, le déploiement initial utilisera le Speed Wallet de la CBN (voir ci-dessus). Ceci, ainsi que le fait que la CBN sera propriétaire « de l’infrastructure, de la plateforme, du client et des données », pourrait « transformer le régulateur en un concurrent et fournir à la CBN un avantage de premier plan sur les banques », prévient Tochukwu Egesi, dans un article publié sur le site Inclusion Times.

En outre, étant donné que les transactions de pair à pair et de pair à marchand seront gratuites, le trafic sera attiré loin des services de paiement des banques et des fintechs. Cela pourrait « affecter gravement » les modèles de revenus hors intérêts des banques et présenter « une incertitude dans le modèle économique et la durabilité des fintechs de paiement florissantes au Nigeria », selon Egesi.

En outre, les utilisateurs pourraient choisir de conserver leur argent dans leur portefeuille en eNaira au lieu de le laisser en dépôt auprès de leur banque.

Pourquoi le lancement initial de l’eNaira a-t-il été retardé ?

Le lancement était initialement prévu pour le 1er octobre, mais le 30 septembre, la CBN a annoncé qu’il avait été retardé afin de ne pas entrer en conflit avec les célébrations de la fête de l’indépendance du pays.

Selon le site Nairametrics, qui cite des sources anonymes proches du lancement, la véritable raison est que les visites sur la plateforme officielle de la nouvelle monnaie, mise en ligne le 27 septembre, ont été dix fois plus nombreuses que prévu. La CBN a donc « décidé de reporter le lancement afin de vérifier et de tester à nouveau la robustesse, la sûreté, l’évolutivité et la sécurité du système eNaira ».

Lire aussi : Crypto-monnaie : 5 prédictions pour le bitcoin, les NFT et l’avenir de la crypto-monnaie

Le 30 septembre, la Haute Cour fédérale du Nigeria a entendu une contestation juridique du lancement du système, fondée sur la violation de la marque déposée par ENaira Payment Solutions Limited. Le juge qui présidait l’audience a décidé que le lancement devait avoir lieu dans l’intérêt national et sur la base d’une compensation adéquate pour le plaignant, mais n’a pas rejeté l’affaire, qui a été ajournée.

Le lancement de l’eNaira sera-t-il un succès ?

Dans un article publié sur le site Mondaq, Davidson Oturu et Oluwapelumi Omoniyi font remarquer que la CBN s’est fixé une « tâche herculéenne » en « frappant, émettant, distribuant et rachetant l’eNaira » et se demandent si elle et les institutions financières du pays seront capables d’assumer toutes les responsabilités qui en découlent.

Ils citent un blog du FMI qui dit : « Offrir une CBDC à part entière exige des banques centrales qu’elles soient actives à plusieurs étapes de la chaîne de valeur des paiements… L’incapacité à remplir l’une de ces fonctions, en raison de pépins technologiques, de cyber-attaques ou simplement d’une erreur humaine, pourrait nuire à la réputation de la banque centrale ».

Nairametrics a déclaré que le retard du lancement de l’eNaira (voir ci-dessus) était dû à la préoccupation de la CBN de s’assurer qu’il était réussi et d’éviter un lancement bâclé comme celui de l’Obamacare aux États-Unis, lorsque le site Web était « incapable de gérer de manière cohérente 500 utilisateurs à la fois dans la phase de test ». Ils ont indiqué qu’une équipe de 12 directeurs et 75 employés « campait dans un endroit sécurisé, travaillant jour et nuit pour s’assurer que tout se passe sans problème ».

En cas de succès, le lancement pourrait avoir de grandes répercussions positives sur le système bancaire nigérian et l’économie dans son ensemble.

L’eNaira pourrait remodeler le paysage financier du pays et pousser les banques traditionnelles à étendre et adapter les services qu’elles proposent, commente le partenaire de la CBN, Bitt Inc.

« Bitt pense que les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) représentent une première étape vers la réalisation d’un saut quantique dans la transformation des infrastructures, qui permet aux réseaux financiers mondiaux d’interagir de manière plus rapide, plus moderne et plus sûre », explique la société.

Découvrez cet outil incontournable qui vous permé de generer et multiplier des Bitcoins en moins de 24 heures.

Une réflexion sur “ eNaira – La première monnaie numérique d’Afrique

Laisser un commentaire