5 64 minutes 260

La création d’une entreprise implique de comprendre et de traiter de nombreuses questions, qu’il s’agisse de questions juridiques, de financement, de ventes et de marketing, de protection de la propriété intellectuelle, de protection de la responsabilité, de ressources humaines, etc. Mais l’intérêt pour l’entrepreneuriat n’a jamais été aussi grand. Et il y a eu des réussites spectaculaires de jeunes entreprises qui sont devenues des sociétés multimilliardaires, comme Uber, Facebook, WhatsApp, Airbnb, et bien d’autres.

Dans cet article, TRIVMPH vous donne un aperçu de 35 étapes clés pour les entrepreneurs qui créent une entreprise.

1. Comprendre l’engagement et les défis liés à la création d’une entreprise

La création d’une entreprise est un engagement considérable. Les entrepreneurs ne se rendent souvent pas compte de l’importance du temps, des ressources et de l’énergie nécessaires pour lancer et développer une entreprise.

Voici quelques-uns des plus grands défis à relever pour créer et développer une entreprise :

  • Trouver un produit ou un service exceptionnel et unique.
  • Avoir un plan et une vision solides pour l’entreprise
  • Disposer d’un capital et d’une trésorerie suffisants
  • Trouver de bons employés
  • licencier rapidement les mauvais employés sans encourir de responsabilité juridique
  • Travailler plus que prévu
  • Ne pas se laisser décourager par les refus des clients
  • Gérer efficacement son temps
  • Maintenir un équilibre raisonnable entre vie professionnelle et vie privée
  • Savoir quand faire évoluer sa stratégie
  • Garder l’endurance nécessaire pour continuer même quand c’est difficile.

2. Protégez votre patrimoine personnel en créant votre entreprise sous forme de société ou de SARL.

Ne créez jamais une entreprise en tant que « propriétaire unique », car vos biens personnels risquent d’être exposés aux dettes et aux responsabilités de l’entreprise. Vous voudrez presque toujours créer l’entreprise sous la forme d’une société S (qui vous donne un traitement fiscal favorable), d’une société C (ce que la plupart des investisseurs en capital-risque attendent) ou d’une société à responsabilité limitée (SARL). Aucune de ces formes n’est particulièrement coûteuse ou difficile à mettre en place. Ma préférence personnelle est de démarrer l’entreprise en tant que société S, qui peut ensuite être facilement convertie en société C lorsque vous faites appel à des investisseurs et émettez plusieurs catégories d’actions.

Lire aussi : Conseils professionnels pour transformer et faire évoluer votre petite entreprise

Cependant, de nombreux propriétaires d’entreprise ont l’impression erronée qu’ils sont totalement protégés de toute responsabilité personnelle en déposant un certificat de constitution pour une société. Ce n’est pas le cas. Le simple fait de se constituer en société ne protège pas complètement les propriétaires d’entreprise. Pour réduire la probabilité d’une telle responsabilité personnelle ou d’actionnaire, vous devez vous assurer de respecter certaines procédures :

  • Utilisez toujours le nom de la société. Le nom de la société doit être utilisé en entier, y compris « Inc. » ou « Corp. » sur tous les contrats, factures ou documents utilisés par la société. Cela indique clairement l’existence de la société en tant qu’entité distincte.
  • Utilisez toujours la signature appropriée. Cela signifie que vous signerez au nom de la société, en utilisant le nom de la société et votre titre. Vous devez généralement utiliser le format suivant lorsque vous signez des contrats au nom de l’entreprise :

    NOM DE LA SOCIÉTÉ
    Par : _______________________
    Votre nom – signataire autorisé et titre de la société
  • Respectez toutes les formalités de l’entreprise. Il s’agit notamment de respecter les statuts, d’émettre des actions en bonne et due forme, de tenir des réunions du conseil d’administration, d’enregistrer les procès-verbaux des réunions et de suivre d’autres formalités d’entreprise.
  • Veillez à séparer les fonds. Les fonds de la société et les fonds des actionnaires individuels ne doivent pas se trouver sur les mêmes comptes ni être combinés pour quelque raison que ce soit.
  • Veillez à séparer les impôts. Les impôts de la société doivent être entièrement payés à partir des comptes de la société et des déclarations fiscales distinctes doivent être déposées pour la société.
  • Toutes les transactions effectuées par la société doivent être clairement séparées des transactions individuelles. Essentiellement, en ne brouillant jamais la ligne de démarcation entre les actionnaires individuels, les propriétaires ou le conseil d’administration, et la société (qui est une entité distincte), vous courez moins de risque d’être personnellement responsable des dettes de l’entreprise.

3. Trouvez un nom génial pour votre entreprise

Lorsque vous créez une entreprise, le choix du bon nom pour votre démarrage peut avoir un impact significatif sur votre réussite commerciale. Un mauvais nom peut entraîner des obstacles juridiques et commerciaux insurmontables. Voici quelques conseils de base sur la façon de nommer votre startup :

  • Évitez les noms difficiles à épeler.
  • Ne choisissez pas un nom qui pourrait être limitatif au fur et à mesure que votre entreprise se développe.
  • Effectuez une recherche approfondie sur Internet sur un nom proposé.
  • Obtenez un nom de domaine « .com » (par opposition à « .net » ou à une autre variante).
  • Effectuez une recherche approfondie sur les marques.
  • Assurez-vous que vous et vos employés serez heureux de prononcer ce nom.
  • Trouvez cinq noms qui vous plaisent et testez-les auprès de vos employés, partenaires, investisseurs et clients potentiels.

4. Concentrez-vous sur la création d’un excellent produit, mais ne mettez pas une éternité à le lancer.

Lorsque vous créez une entreprise, votre produit ou service doit être au moins bon, sinon excellent. Il doit se différencier de manière significative et importante des offres de vos concurrents. Tout le reste découle de ce principe clé. Ne traînez pas les pieds pour lancer votre produit sur le marché, car les premières réactions des clients sont l’un des meilleurs moyens d’améliorer votre produit. Bien sûr, vous voulez un « produit minimum viable » (MVP) pour commencer, mais même ce produit doit être bon et se différencier de la concurrence. Le fait d’avoir un produit de test « bêta » fonctionne pour de nombreuses startups, car il leur permet d’éliminer les bugs à partir des réactions des utilisateurs. Comme l’a dit Sheryl Sandberg, directrice de l’exploitation de Facebook, « Mieux vaut un produit fait que parfait ».

5. Créez un excellent site Web pour votre entreprise

Vous devez consacrer du temps et des efforts à la création d’un site Web de qualité pour votre entreprise. Les investisseurs, clients et partenaires potentiels vont consulter votre site, et vous voulez les impressionner avec un produit professionnel. Voici quelques conseils pour créer un excellent site Web lorsque vous démarrez une entreprise :

  • Examinez les sites de vos concurrents.
  • Commencez par esquisser un modèle pour votre site.
  • Trouvez cinq ou six sites que vous pouvez partager avec votre développeur de site Web pour transmettre ce que vous aimez.
  • Assurez-vous que le site est optimisé pour les moteurs de recherche (et donc plus susceptible d’apparaître rapidement dans les résultats de recherche de Google).
  • Produisez un contenu original de haute qualité.
  • Assurez-vous que votre site est optimisé pour les appareils mobiles.
  • Veillez à ce que le site se charge rapidement.
  • Veillez à ce qu’il soit propre et simple ; un encombrement visuel fera fuir les visiteurs.
  • Assurez-vous que vous disposez d’un accord sur les conditions d’utilisation et d’une politique de confidentialité (et conformez-vous aux règles européennes GDPR).
  • Mettez les barres de navigation en évidence.
  • Obtenez et utilisez un nom de domaine « .com » mémorable.
  • Rendez le site visuellement intéressant.
  • Assurez-vous qu’il est facile pour les visiteurs du site de vous contacter ou d’acheter votre produit.

6. Perfectionnez votre discours d’ascenseur

Le discours de l’ascenseur est une présentation concise et convaincante de votre entreprise. Vous devriez pouvoir modifier légèrement votre discours d’ascenseur selon que vous vous adressez à des investisseurs, des clients, des employés ou des partenaires potentiels. Voici quelques conseils pour élaborer et présenter un bon discours d’ascenseur :

  • Commencez fort.
  • Soyez positif et enthousiaste dans votre présentation.
  • N’oubliez pas que c’est en forgeant qu’on devient forgeron.
  • Ne dépassez pas 60 secondes.
  • Évitez d’utiliser le jargon du secteur.
  • Expliquez pourquoi votre entreprise est unique.
  • Présentez le problème que vous résolvez.
  • Invitez l’auditeur à participer ou à vous interrompre – cela montre qu’il est intéressé et engagé.

7. Clarifiez l’accord avec les cofondateurs

Si vous créez une entreprise avec des cofondateurs, vous devez vous mettre d’accord dès le début sur les détails de votre relation commerciale. Si vous ne le faites pas, vous risquez d’avoir des problèmes juridiques importants par la suite (le fameux litige Zuckerberg/Winklevoss sur Facebook en est un bon exemple). D’une certaine manière, considérez l’accord de fondateur comme une forme de « contrat prénuptial ». Voici les principaux termes de l’accord que votre accord de fondateur écrit doit aborder :

  • Comment le capital est-il réparti entre les fondateurs ?
  • Le pourcentage de la propriété est-il soumis à l’acquisition de droits en fonction de la participation continue à l’entreprise ?
  • Quels sont les rôles et les responsabilités des fondateurs ?
  • Si l’un des fondateurs s’en va, l’entreprise ou l’autre fondateur ont-ils le droit de racheter les actions de ce fondateur ? À quel prix ?
  • Combien de temps chaque fondateur doit-il consacrer à l’entreprise ?
  • Quels sont les salaires (le cas échéant) auxquels les fondateurs ont droit ? Comment cela peut-il être modifié ?
  • Comment les décisions clés et les décisions quotidiennes de l’entreprise sont-elles prises ? (par un vote majoritaire, un vote unanime, ou certaines décisions sont-elles uniquement entre les mains du PDG) ?
  • Dans quelles circonstances un fondateur peut-il être démis de ses fonctions d’employé de l’entreprise ? (généralement, il s’agit d’une décision du conseil d’administration).
  • Quels actifs ou liquidités chaque fondateur apporte-t-il ou investit-il dans l’entreprise ?
  • Comment la vente de l’entreprise sera-t-elle décidée ?
  • Que se passe-t-il si l’un des fondateurs ne répond pas aux attentes du contrat de fondateur ? Comment cela sera-t-il résolu ?
  • Quel est l’objectif global et la vision de l’entreprise ?
    Si l’un des fondateurs souhaite quitter l’entreprise, celle-ci a-t-elle le droit de racheter ses parts ? À quel prix ?

8. Obtenir un numéro d’identification fiscale avant de créer une entreprise

Dans la plupart des cas, vous devrez obtenir de l’IRS un numéro d’identification fiscale pour votre entreprise. Ce numéro, également appelé « numéro d’identification de l’employeur » (EIN), est similaire à un numéro de sécurité sociale, mais pour les entreprises. Les banques vous demanderont votre EIN lorsque vous ouvrirez un compte bancaire pour votre entreprise. Vous pouvez obtenir un EIN en ligne sur le site Web de l’IRS.

Dans certains États, un numéro d’identification fiscale d’État peut également être nécessaire (par exemple, la Californie, New York et le Texas exigent un numéro d’identification d’État, qui peut être obtenu en ligne).

9. Mettre en place un bon système de comptabilité et de tenue de livres

Vous devrez mettre en place un système de comptabilité pour suivre vos finances – revenus, dépenses, dépenses d’investissement, EBITDA, profits et pertes, etc. C’est important pour comprendre la situation de trésorerie de votre entreprise et aussi pour les déclarations fiscales.

Il existe un certain nombre de logiciels en ligne qui peuvent être utiles à cet égard, tels que QuickBooks, Zoho, FreshBooks et Xero.

10. Effectuez une vérification complète des références avant d’embaucher un employé

De nombreux employeurs procèdent à une vérification limitée et incomplète des références lors des entretiens avec les candidats, ce qui peut les amener à embaucher des personnes incapables d’accomplir les tâches requises ou qui ne travaillent pas bien avec les autres. Une vérification complète des références comprend les éléments suivants

  • la vérification des titres des postes et des dates d’emploi
  • la vérification des diplômes et des dates de fréquentation des établissements scolaires
  • Vérification du salaire initial et final
  • Vérification du rôle et des responsabilités de l’emploi précédent
  • Enquête sur les raisons pour lesquelles le candidat a quitté son employeur précédent.
  • Conversations avec les superviseurs précédents sur les forces et les faiblesses du candidat.
  • Enquête sur la capacité du candidat à bien s’entendre avec les autres employés et les clients.
  • Enquête sur la capacité du candidat à assumer le nouveau rôle.
  • enquête sur les problèmes de ponctualité ou d’absentéisme.
  • Vérification des références auprès d’autres personnes que le candidat n’a pas citées en référence.

Le but de ces vérifications est de s’assurer que le candidat s’adaptera à la culture de l’entreprise et qu’il a été honnête et précis dans son CV et sa demande d’emploi. Toutefois, le processus est soigneusement réglementé par le gouvernement fédéral (par le biais de la loi sur les rapports de crédit équitables) et par les lois de nombreux États ; le non-respect de ce processus très technique peut entraîner des actions en justice collectives. Envisagez de consulter un conseiller juridique et, pour des informations générales, consultez la publication de l’EEOC intitulée Background Checks : What Employers Need to Know.

Il est également utile de demander à tous les employés potentiels de remplir un formumaire de demande d’emploi.

11. Utilisez une bonne forme de lettre d’offre ou de contrat de travail pour les employés

Les accords oraux sont souvent source de malentendus. Si vous prévoyez d’engager un employé potentiel, utilisez une lettre d’offre soigneusement rédigée, que l’employé doit être encouragé à examiner attentivement avant de la signer. Pour les cadres supérieurs, un contrat de travail plus détaillé est souvent judicieux. Une bonne lettre d’offre ou un bon contrat de travail abordera les éléments clés suivants :

  • Le titre et le rôle du poste de l’employé
  • si l’emploi est à temps plein ou à temps partiel
  • la date de début de l’emploi
  • le salaire, les avantages et les primes éventuelles
  • si le poste est un emploi « à volonté », ce qui signifie que l’une ou l’autre des parties est libre de mettre fin à la relation à tout moment sans pénalité (bien que les employeurs ne puissent pas licencier des employés pour des raisons interdites par la loi, comme la discrimination fondée sur l’âge ou les représailles suite à des allégations de harcèlement sexuel, etc.)
  • Confirmation que l’accord « à volonté » ne peut être modifié que s’il est signé par un responsable autorisé de l’entreprise.
  • Confirmation que l’employé devra signer un accord de confidentialité et de cession d’invention distinct.
  • accord de confidentialité et de cession d’inventions (décrit ci-dessous).
    Si l’entreprise le souhaite, une déclaration selon laquelle tout litige entre les parties sera résolu uniquement et exclusivement par un arbitrage confidentiel contraignant (également décrit ci-dessous).
  • Les options d’achat d’actions qui seront accordées à l’employé et les conditions d’acquisition (les détails sont généralement exposés dans un contrat d’option d’achat d’actions distinct).
  • Le supérieur hiérarchique dont relèvera l’employé
  • une clause de protection stipulant que la lettre d’offre constitue l’intégralité de l’accord et de l’entente des parties en ce qui concerne la relation de travail, et qu’aucun autre accord ou avantage n’est prévu (à moins que des dispositions supplémentaires ne soient énoncées dans un manuel, auquel il convient de faire référence le cas échéant).

Les entreprises doivent s’assurer que l’employé et l’entreprise signent la lettre, l’accord de confidentialité et de cession d’inventions, tout accord d’options d’achat d’actions et tout accord d’achat d’actions.
Les entreprises doivent s’assurer que l’employé et l’entreprise signent la lettre, l’accord de confidentialité et de cession d’invention, tout accord d’option d’achat d’actions, ainsi que tous les documents du premier jour (tels que le formulaire W-4 de l’IRS pour les retenues et le formulaire I-9 exigé par la loi).

12. Assurez-vous que tous les employés signent un accord de confidentialité et de cession d’invention

Les entreprises paient leurs employés pour qu’ils proposent des idées, des produits et des inventions qui pourraient être utiles à l’entreprise. Les employés ont accès à une bonne partie des informations confidentielles de leur entreprise, qui peuvent être très précieuses, notamment dans les entreprises technologiques.

Un moyen fondamental de protéger les informations exclusives de l’entreprise consiste à utiliser un accord de confidentialité et de cession des inventions. Ce type d’accord traite des questions de confidentialité, mais peut également garantir que les idées, le produit du travail et les inventions de l’employé qui sont liés aux activités de l’entreprise appartiennent à l’entreprise et non à l’employé.

Un bon accord de confidentialité et de cession des inventions d’un employé couvrira les points clés suivants :

  • L’employé ne peut utiliser ou divulguer aucune information confidentielle de l’entreprise pour son propre bénéfice ou usage, ou pour le bénéfice d’autres personnes, sans autorisation.
  • L’employé doit rapidement divulguer à l’entreprise toutes les inventions, idées, découvertes et produits du travail liés à l’activité de l’entreprise qu’il réalise pendant la période d’emploi.
  • L’entreprise est propriétaire de ces inventions, idées, découvertes et produits du travail, que l’employé doit céder à l’entreprise.
  • L’emploi de l’employé au sein de l’entreprise ne constitue pas et ne constituera pas une violation d’un accord ou d’un devoir que l’employé a avec quelqu’un d’autre, et l’employé ne peut pas divulguer à l’entreprise ou utiliser en son nom des informations confidentielles appartenant à d’autres personnes.
  • En cas de cessation d’emploi, l’employé doit restituer toutes les informations confidentielles et les biens de l’entreprise.
  • Pendant son emploi, l’employé ne fera pas concurrence à l’entreprise et ne fournira aucun service à un concurrent de l’entreprise.
  • Les obligations de confidentialité et de cession d’invention de l’employé en vertu de l’accord se poursuivront après la fin de son emploi.
  • L’accord ne constitue pas en soi une garantie de maintien de l’emploi.
  • Les investisseurs en capital-risque et les autres investisseurs dans les jeunes entreprises s’attendent à ce que tous les employés de l’entreprise aient signé ce type d’accord. Dans le cadre d’une opération de fusion et d’acquisition au cours de laquelle l’entreprise est vendue, l’équipe de contrôle préalable de l’acheteur recherchera également ces accords signés par tous les employés.

Vous trouverez un modèle d’accord de confidentialité et de cession des inventions par les employés dans la section Formulaires et accords du site AllBusiness.com.

De même, il conviendra que tous les consultants de l’entreprise signent également un accord de confidentialité et de cession des inventions. Voir Questions clés relatives aux accords de confidentialité et de cession d’inventions avec les consultants.

13. Réfléchissez aux mesures à prendre pour protéger votre propriété intellectuelle

Il est important de protéger la propriété intellectuelle (PI) de votre entreprise. Toujours soucieux de minimiser leur taux d’absorption, les jeunes entreprises peuvent être tentées de reporter l’investissement dans la protection de la propriété intellectuelle. Pour ceux qui n’ont pas essayé de protéger la propriété intellectuelle, cela semble complexe et coûteux. Trop souvent, les startups finissent par renoncer à leurs droits de propriété intellectuelle en négligeant de protéger leurs idées et leurs inventions.

Certaines techniques simples et rentables peuvent minimiser l’anxiété, tout en aidant à protéger les actifs essentiels.

Les entreprises pensent parfois que la protection par brevet est le seul moyen de se protéger. Les jeunes entreprises technologiques ignorent souvent la valeur de la propriété intellectuelle non brevetée. Si les brevets peuvent avoir une valeur incroyable, ils ne garantissent pas nécessairement que le produit d’une entreprise est un bon produit ou qu’il se vendra bien. Les secrets commerciaux, les politiques de cybersécurité, les marques et les droits d’auteur sont autant de formes de propriété intellectuelle qui peuvent être protégées.

Voici un résumé des types de protection de la propriété intellectuelle disponibles :

  • Les brevets. Les brevets sont la meilleure protection que vous pouvez obtenir pour un nouveau produit. Un brevet donne à son inventeur le droit d’empêcher des tiers de fabriquer, d’utiliser ou de vendre l’objet breveté décrit dans les revendications du brevet. Les points clés pour déterminer si vous pouvez obtenir un brevet sont les suivants : (1) seule la réalisation concrète d’une idée, d’une formule ou d’un produit est brevetable ; (2) l’invention doit être nouvelle ou inédite ; (3) l’invention ne doit pas avoir été brevetée ou décrite dans une publication imprimée auparavant ; et (4) l’invention doit avoir une certaine utilité. Aux États-Unis, vous obtenez un brevet auprès de l’Office américain des brevets et des marques, mais cette procédure peut prendre plusieurs années et être compliquée. Vous avez généralement besoin d’un avocat spécialisé dans les brevets pour rédiger la demande de brevet à votre place. L’inconvénient des brevets est qu’ils peuvent être coûteux à obtenir et prendre plusieurs années,
  • Les droits d’auteur. Les droits d’auteur couvrent les œuvres originales de l’auteur, telles que les œuvres d’art, les textes publicitaires, les livres, les articles, la musique, les films, les logiciels, etc. Un droit d’auteur confère à son titulaire le droit exclusif de faire des copies de l’œuvre et de préparer des œuvres dérivées (telles que des suites ou des révisions) basées sur l’œuvre.
  • Marques commerciales. Le droit de marque protège la valeur symbolique d’un mot, d’un nom, d’un symbole ou d’un dispositif que le propriétaire de la marque utilise pour identifier ou distinguer ses produits de ceux des autres. Parmi les marques les plus connues, citons la marque Coca-Cola, la marque American Express et la marque IBM. Vous obtenez des droits sur une marque en l’utilisant effectivement dans le commerce. Il n’est pas nécessaire d’enregistrer la marque pour obtenir des droits sur celle-ci, mais l’enregistrement fédéral présente certains avantages. Vous enregistrez une marque auprès de l’Office américain des brevets et des marques.
  • Marques de service. Les marques de service ressemblent aux marques commerciales et sont utilisées pour identifier des services.
  • Secrets commerciaux. Les secrets commerciaux peuvent constituer un atout important pour les jeunes entreprises. Ils sont rentables et durent aussi longtemps que le secret commercial conserve son statut confidentiel et tire sa valeur de son caractère secret. Le droit au secret commercial permet à son détenteur de prendre des mesures contre toute personne qui viole un accord ou une relation confidentielle, ou qui vole ou utilise d’autres moyens inappropriés pour obtenir des informations secrètes. Les secrets commerciaux peuvent aller des programmes informatiques aux listes de clients en passant par la formule du Coca-Cola.
  • Les accords de confidentialité. Ces accords sont également appelés accords de non-divulgation ou NDA. L’objectif de cet accord est de permettre au détenteur d’informations confidentielles (telles qu’un produit ou une idée commerciale) de les partager avec un tiers. Mais le tiers est alors tenu de garder l’information confidentielle et de ne pas l’utiliser de quelque manière que ce soit, sauf autorisation du détenteur de l’information. Il existe généralement des exceptions standard aux obligations de confidentialité (par exemple, si l’information est déjà dans le domaine public). Voir Les éléments clés des accords de non-divulgation.
  • Accord de confidentialité pour les employés et les consultants. Chaque employé et consultant doit être tenu de signer un tel accord, comme indiqué ci-dessus.
  • Conditions de service et politique de confidentialité. Si vous êtes une entreprise qui mène ses activités sur Internet, il est important de disposer d’un accord sur les conditions de service qui limite ce que les utilisateurs peuvent ou ne peuvent pas faire sur votre site Web et avec les informations qu’il contient. Votre politique de confidentialité, qui définit les protections de la vie privée dont bénéficient vos utilisateurs, est étroitement liée. Les nouvelles règles européennes GDPR peuvent également devoir être prises en compte.

14. Devenir un excellent vendeur

Pour que l’entreprise soit prospère, vous devez devenir un excellent vendeur. Vous allez devoir apprendre à « vendre » votre entreprise, non seulement aux clients mais aussi aux investisseurs potentiels et même aux employés potentiels.

Il est important d’être positif, digne de confiance et d’apprendre à écouter. Vous devez pratiquer votre argumentaire de vente, obtenir des réactions de diverses personnes, puis affiner votre discours. Même si vous n’êtes pas naturellement extraverti, vous devez faire preuve de confiance, assurer le suivi et demander la vente.

15. Comprendre les états financiers et les budgets

Il est important de garder le contrôle de vos dépenses et d’apprendre à comprendre les états financiers et les budgets. De nombreuses startups échouent parce que l’entrepreneur n’est pas en mesure d’ajuster ses dépenses pour éviter de se retrouver à court d’argent. Il est crucial d’établir un budget détaillé, mois par mois, et ce budget doit être revu régulièrement.

La compréhension de vos états financiers vous aidera également à répondre aux questions des investisseurs potentiels. Voici quelques questions sur les états financiers que vous pouvez vous attendre à recevoir de la part d’investisseurs :

  • Quelles sont les projections à trois ans de l’entreprise ?
  • Quelles sont les principales hypothèses qui sous-tendent vos projections ?
  • Quel est le montant des capitaux propres et des dettes levées par l’entreprise, et quelle est la structure de capitalisation ?
  • Quel financement par actions ou par emprunt sera nécessaire à l’avenir ?
  • Quelle part des options d’achat d’actions est réservée aux employés ?
  • Quand l’entreprise atteindra-t-elle la rentabilité ?
  • Combien de « burn » (pertes) y aura-t-il jusqu’à ce que l’entreprise devienne rentable ?
  • Quelles sont les caractéristiques économiques de votre unité ?
  • Quels sont les facteurs qui limitent une croissance plus rapide ?
  • Quelles sont les mesures clés sur lesquelles l’équipe de gestion se concentre ?

16. Commercialisez votre entreprise comme un fou

Pour réussir en affaires, vous devez continuellement attirer, développer et même éduquer votre marché cible. Assurez-vous que votre stratégie marketing comprend les éléments suivants :

  • Apprenez les principes fondamentaux du SEO (optimisation des moteurs de recherche) afin que les personnes qui recherchent vos produits et services en ligne vous trouvent en tête des résultats de recherche.
  • Utilisez les médias sociaux pour promouvoir votre entreprise (LinkedIn, Facebook, Twitter, Pinterest, etc.).
  • Participez au marketing de contenu en écrivant des articles pour des sites web pertinents.
  • Publiez des communiqués de presse pour tout événement important.
  • Travaillez en réseau en permanence.

17. Faites appel à des consultants et à des free-lances pour compléter votre équipe

Aux premiers stades de votre startup, vous voudrez probablement avoir une petite équipe d’employés pour minimiser les dépenses. Un bon moyen de compléter l’expertise spécialisée est de faire appel à des freelances ou à des consultants. De cette façon, vous évitez d’assumer les coûts et les avantages sociaux d’un employé. Il existe une variété de sites qui peuvent vous aider à accéder aux freelances, tels que Freelancer.com, Guru.com et Upwork.com.

18. Disposer d’un excellent argumentaire d’investisseur lors de la création d’une entreprise

Les personnes qui créent une entreprise préparent souvent un « pitch deck » pour présenter leur société à des investisseurs potentiels en capital-risque. Le pitch deck se compose généralement de 15 à 20 diapositives dans une présentation PowerPoint et a pour but de présenter les produits, la technologie et l’équipe de l’entreprise aux investisseurs.

Obtenir des capitaux auprès d’investisseurs est difficile et prend du temps. C’est pourquoi il est crucial qu’une startup maîtrise parfaitement son pitch deck pour investisseurs et qu’elle articule une histoire convaincante et intéressante.

Trop de startups font un certain nombre d’erreurs évitables lors de la création de leur pitch deck. Voici une liste des choses à faire et à ne pas faire, à garder à l’esprit :

Ce qu’il faut faire dans un pitch deck

  • Inclure cette mention en bas à gauche de la page de couverture du pitch deck : « Confidentiel et propriétaire. Copyright par [Nom de l’entreprise]. [Année]. Tous droits réservés ».
  • Convainquez le spectateur de l’importance de l’opportunité de marché.
  • Incluez des graphiques et des images visuellement intéressants.
  • Envoyez le pitch deck en format PDF aux investisseurs potentiels avant une réunion. Ne forcez pas l’investisseur à l’obtenir à partir de Google Docs, Dropbox ou d’un autre service en ligne, car vous ne feriez que l’empêcher de le lire.
  • Prévoyez une démonstration de votre produit dans le cadre de la présentation en personne.
  • Racontez une histoire convaincante, mémorable et intéressante qui montre votre passion pour l’entreprise.
  • Montrez que vous avez plus qu’une idée et que vous avez déjà commencé à développer le produit, à trouver des clients ou à conclure des partenariats.
  • Ayez une phrase clé pour que les investisseurs se souviennent de vous.
  • Utilisez une taille de police, une couleur et un style de titre d’en-tête cohérents dans toutes les diapositives.

A ne pas faire dans le pitch deck

  • Le pitch deck ne doit pas comporter plus de 15 à 20 diapositives (les investisseurs ont une capacité d’attention limitée). Si vous pensez devoir ajouter des informations supplémentaires, incluez-les en annexe.
  • N’ayez pas trop de diapositives verbeuses.
  • Ne donnez pas trop de détails financiers, car ils peuvent être fournis dans un message de suivi.
  • N’essayez pas de tout couvrir dans les diapositives du pitch deck. Votre présentation en personne vous donnera l’occasion d’ajouter et de souligner des informations clés.
  • N’utilisez pas beaucoup de jargon ou d’acronymes que l’investisseur pourrait ne pas comprendre immédiatement.
  • Ne sous-estimez pas ou ne minimisez pas la concurrence (et ne dites jamais « nous n’avons pas de concurrence »).
  • Ne donnez pas l’impression que votre pitch deck est dépassé. Vous ne voulez pas que la date sur la page de couverture date de plusieurs mois (c’est pourquoi j’évite de mettre une date sur la page de couverture). De même, vous ne voulez pas que les informations ou les mesures concernant votre entreprise soient périmées.
  • N’ayez pas une mauvaise mise en page, des graphiques de mauvaise qualité ou un « look and feel » de mauvaise qualité. Pensez à engager un graphiste pour donner à votre pitch desk un aspect plus professionnel.
  • Pour des conseils supplémentaires et un exemple de pitch deck, voir Comment créer un excellent pitch deck d’investisseur pour les startups en quête de financement.

19. Attirez du trafic sur votre site Web

Bien que des livres entiers aient été écrits sur ce sujet, les principaux moyens d’attirer du trafic sur votre site Web sont les suivants :

  • Payez Google, Bing, Yahoo ou d’autres moteurs de recherche pour qu’ils vous envoient du trafic (par exemple par le biais du programme Google Adwords).
  • Construisez un site de qualité avec beaucoup de contenu original et de haute qualité, optimisé pour les moteurs de recherche.
  • Mettez en place un plan de médias sociaux intelligent pour générer du trafic à partir de Facebook, Twitter, LinkedIn et d’autres sites de médias sociaux gratuits.
  • Obtenez des liens vers votre site à partir de sites de qualité.

20. Assurez-vous que personne n’a déjà inventé votre nouvelle idée géniale.

Voici les principales choses à faire si vous avez une nouvelle idée d’invention géniale :

  • Faites une recherche Google sur les mots clés associés à votre invention.
  • Faites une recherche en ligne sur l’Office américain des brevets et des marques à l’adresse uspto.gov.
  • Si rien n’apparaît et que vous souhaitez obtenir un brevet pour votre idée, engagez un avocat spécialisé dans les brevets.

Mais continuez à affiner le concept de l’invention, car la version 1 de votre idée peut probablement être améliorée et enrichie par la version 2 et la version 3.

21. N’exagérez pas dans votre plan d’affaires

Il est utile d’élaborer un plan d’affaires pour réfléchir à ce que vous voulez faire pour le développement du produit ou du service, le marketing, les projections financières, etc. Vous devriez ensuite demander l’avis de conseillers commerciaux et financiers de confiance. Mais ne vous lancez pas à corps perdu dans un plan d’affaires de 50 pages. En réalité, de nombreuses startups doivent s’écarter de leur plan au fur et à mesure que l’entreprise se développe.

22. Obtenir des capitaux pour financer votre entreprise

Voici un résumé des sources les plus efficaces de capital d’entreprise :

  • Fonds personnels
  • les cartes de crédit
  • Amis et famille
  • Les investisseurs providentiels (voir Investissements providentiels : 20 choses que les entrepreneurs doivent savoir)
  • Sites de crowdsourcing tels que Indiegogo.com et Kickstarter.com
  • Prêts bancaires/financements ABA/prêteurs en ligne
  • Capital-risqueurs
  • Financement par prêt d’équipement

L’une des plus grandes erreurs commises par les startups est de ne pas lever suffisamment de capitaux.

23. Déterminer les permis, licences ou enregistrements dont vous aurez besoin pour votre entreprise

Selon la nature de votre entreprise, vous pouvez avoir besoin des permis, licences ou règlements suivants :

  • Permis nécessaires pour les entreprises réglementées (aviation, agriculture, alcool, etc.)
  • Licence ou permis de taxe de vente
  • Permis pour les entreprises à domicile
  • Permis ou licences d’entreprise de la ville et du comté
  • Permis de zonage
  • Permis de vendeur
  • Permis du service de santé (pour un restaurant, par exemple)
  • Identifiants fiscaux/employeurs fédéraux et d’État

24. Établir les livres et registres appropriés pour votre entreprise

Vous devrez tenir de nombreux livres et registres pour votre entreprise, notamment

  • les états financiers (compte de résultat, bilan, flux de trésorerie)
  • les dossiers des employés
  • Procès-verbaux et consentements du conseil d’administration et des actionnaires
  • le registre des actions et des options
  • Déclarations et registres fiscaux (impôts fédéraux, étatiques et locaux sur le revenu, les ventes et la propriété)
  • Déclarations au Secrétariat d’État (certificat de constitution, déclarations annuelles, etc.)
  • Factures et contrats
  • Comptes bancaires
  • Dossiers des créanciers

25. Lorsque vous créez une entreprise, veillez à assurer votre démarrage de manière adéquate

Si vous consacrez du temps et des efforts à la création d’une entreprise, vous devez la protéger en souscrivant une couverture d’assurance appropriée.

La première chose à faire est de déterminer vos besoins spécifiques en matière d’assurance en fonction de la nature de votre entreprise. Demandez-vous quels risques doivent être couverts et quel montant de couverture sera suffisant. Ensuite, trouvez et évaluez les fournisseurs d’assurance ou les courtiers d’assurance pour déterminer quelles compagnies offrent les types de couverture qui répondent à vos besoins.

Lorsque vous recherchez une assurance, vous voudrez obtenir des réponses à ce type de questions clés :

  • Quelles sont les franchises ?
  • Les limites de couverture sont-elles suffisamment élevées ?
  • Quels articles ou événements sont exclus de la couverture ?
  • Y a-t-il des lacunes dans la couverture ?

Voici une liste des types d’assurance qui pourraient convenir à votre entreprise :

  • Assurance responsabilité civile générale
  • Assurance responsabilité civile produits
  • Assurance responsabilité civile professionnelle
  • Assurance des biens
  • Assurance contre les accidents du travail
  • Assurance D&O (administrateurs et dirigeants)
  • Assurance maladie pour les employés
  • Assurance pertes d’exploitation
  • Assurance automobile commerciale
  • Assurance contre les violations de données et la cybersécurité
  • Assurance vie homme clé

26. Déterminer comment diviser le capital entre les co-fondateurs de la startup

Il n’y a pas de réponse unique à la question de la répartition du capital entre les cofondateurs d’une entreprise. Mais toutes les personnes impliquées doivent discuter de cette question et parvenir à un accord dès le départ pour éviter tout malentendu par la suite. Si vous êtes le fondateur initial et le cerveau de l’idée, vous avez de bons arguments pour obtenir plus de 50 % des parts. Le partage doit tenir compte des éléments suivants :

  • La valeur relative des contributions des cofondateurs.
  • L’acquisition des droits dépend de la poursuite de la participation dans l’entreprise (vous ne voulez pas donner 25 % de l’entreprise à quelqu’un qui part au bout de quelques mois).
  • le temps à consacrer à l’entreprise
  • la rémunération en espèces qui sera versée en tant qu’employé
  • si les cofondateurs contribueront en espèces en tant qu’investissement dans l’entreprise
  • si une personne souhaite garder le contrôle de la prise de décision.

27. Comprendre ces points clés sur la recherche de financement par capital-risque

Les startups à la recherche de financement se tournent souvent vers les sociétés de capital-risque (CR), qui peuvent fournir des capitaux, une assistance stratégique, des présentations à des clients, partenaires et employés potentiels, et bien plus encore.

Les financements par capital-risque ne sont pas faciles à obtenir ou à conclure. Les entrepreneurs seront mieux préparés à obtenir un financement par capital-risque s’ils comprennent le processus, les conditions de l’opération et les problèmes potentiels.

Pour comprendre le processus d’obtention d’un financement par capital-risque, il est important de savoir que les investisseurs en capital-risque concentrent généralement leurs efforts d’investissement sur un ou plusieurs des critères suivants :

  • Secteurs industriels spécifiques (logiciels, médias numériques, semi-conducteurs, mobiles, SaaS, biotechnologies, appareils mobiles, etc.)
  • Stade de l’entreprise (premiers tours de table d’amorçage ou de série A, ou tours de table plus avancés avec des entreprises ayant atteint des revenus et une traction significatifs)
  • localisation de l’entreprise (par exemple, San Francisco/Silicon Valley, New York, etc.).
  • Avant d’approcher un investisseur en capital-risque, essayez de savoir si ses objectifs correspondent à ceux de votre entreprise et à son stade de développement.

Le deuxième point essentiel à comprendre est que les sociétés de capital-risque sont inondées d’opportunités d’investissement, souvent par le biais de courriels non sollicités, la quasi-totalité de ces courriels non sollicités sont ignorés. La meilleure façon d’attirer l’attention d’un investisseur en capital-risque est de se faire présenter chaleureusement par un collègue de confiance, un entrepreneur ou un avocat ami de l’investisseur.

Pour susciter l’intérêt d’un capital-risqueur, une startup doit avoir un bon « elevator pitch » (comme indiqué au point 6) et un bon « pitch deck » d’investisseur (comme indiqué au point 18).

Les startups doivent également comprendre que le processus de capital-risque peut prendre beaucoup de temps – le simple fait d’obtenir une réunion avec un directeur d’une société de capital-risque peut prendre des semaines ; suivi d’autres réunions et conversations ; suivi d’une présentation à tous les partenaires du fonds de capital-risque ; suivi de l’émission et de la négociation d’une feuille de conditions, avec une diligence raisonnable continue ; et enfin la rédaction et la négociation par les avocats des deux parties de nombreux documents juridiques pour prouver l’investissement.

Les sociétés de capital-risque veulent généralement voir que votre entreprise a fait des progrès et qu’elle s’est imposée sur le marché ; elles ne financeront généralement pas une entreprise très précoce ou une simple idée. Pour cela, il est préférable de chercher des investisseurs providentiels.

La plupart des investisseurs en capital-risque n’accepteront pas de signer un accord de confidentialité, alors ne vous donnez pas la peine de le demander.

28. Faites attention à vos contrats d’affaires

Les contrats commerciaux sont des accords écrits juridiquement contraignants entre deux ou plusieurs parties. Ils constituent une partie importante des affaires et ces accords doivent être créés et/ou négociés avec soin.

Si les petites entreprises font souvent des affaires sur la base d’accords informels ou d’ententes tacites, plus l’enjeu est important, plus il est essentiel d’avoir un contrat signé. Un contrat sert de règles qui doivent être suivies par les deux parties. Il donne à chaque partie l’occasion de :

  • Décrire toutes les obligations qu’elles sont censées remplir.
  • Décrire toutes les obligations qu’elle attend de l’autre partie (ou des autres parties).
  • Limiter toute responsabilité.
  • Fixer des paramètres, tels qu’un délai, dans lesquels les conditions du contrat seront respectées.
  • Fixer les conditions d’une vente, d’un bail ou d’une location.
  • Établir les modalités de paiement.
  • établir clairement tous les risques et responsabilités des parties.

Un contrat est, par essence, un accord écrit entre les parties. Bien qu’il soit généralement rédigé par une partie et qu’il favorise les besoins et les exigences de cette partie, la protégeant ainsi de la plupart (sinon de toutes) les responsabilités, il doit être considéré au départ comme un travail en cours qui évolue et se développe au fur et à mesure que chaque partie y contribue avant la signature, après quoi il devient un document officiel. La « contrepartie », qu’il s’agisse d’une somme d’argent ou d’une promesse d’effectuer un travail ou de fournir un service à une date donnée, est à la base d’un contrat.

Le terme « contrat standard » est plus un mythe qu’une réalité, et trop souvent les gens signent simplement sur la ligne pointillée sans lire ou négocier les termes d’un contrat. Une startup doit s’assurer qu’elle est à l’aise avec tous les termes du contrat, et selon la dynamique de l’affaire, presque tous les termes sont négociables.

La contrepartie, la compensation, les droits de propriété, la responsabilité et le risque sont autant de domaines qui doivent être formulés avec soin. Toute personne qui crée une entreprise devrait demander l’aide d’un avocat qualifié et expérimenté en matière de contrats pour s’assurer que vous avez couvert chacun de ces domaines de manière claire.

Le contrat lui-même doit stipuler comment il sera appliqué et quelles mesures peuvent être prises si l’une des parties ne respecte pas ses obligations. Il est souvent avantageux pour les petites entreprises de prévoir une clause d’arbitrage confidentielle et contraignante pour résoudre tout litige.

Les contrats clés qu’une startup devrait avoir comme sa propre forme de « contrat standard » (rédigé en faveur de la startup) incluent :

  • Contrat de vente ou de service
  • Contrat de licence
  • Lettre d’offre aux employés
  • Contrat de conseil avec tout entrepreneur indépendant (vous voulez vous assurer que vous détenez les droits de propriété intellectuelle pour tout ce qu’ils développent pour votre entreprise).
  • un accord de confidentialité et de cession d’invention pour les employés et les entrepreneurs indépendants
  • Accord de non-divulgation

La location d’un espace de bureau est l’une des dépenses les plus importantes que ceux qui créent une entreprise peuvent engager. Négocier le meilleur bail possible peut permettre à votre entreprise d’économiser suffisamment d’argent pour embaucher quelques employés supplémentaires ou lancer une nouvelle campagne de marketing.

N’oubliez pas que votre capacité à négocier un bail de bureaux dépend de l’influence que vous avez. Faites vos devoirs. D’autres entreprises se disputent-elles le même espace ? L’espace est-il vacant depuis longtemps ? De tels facteurs peuvent faire la différence entre vous et un propriétaire qui insiste sur des conditions onéreuses tout au long du processus de location.

Parce qu’aucun bail n’est standard, voici quelques suggestions pour vous aider à devenir un peu plus avisé en matière de bail et à négocier un bail de bureau favorable pour votre startup :

  • La durée du bail. Les propriétaires sont généralement disposés à faire des concessions pour les baux à long terme. Cependant, les besoins de votre entreprise peuvent changer et vous pourriez vous retrouver enfermé dans un bail pour un espace de bureau trop petit, trop grand ou avec un loyer supérieur à celui du marché si la demande d’espace diminue par la suite. Essayez de négocier un bail à plus court terme avec des options de renouvellement – un bail de deux ans avec une option de renouvellement de deux ans, par exemple, plutôt qu’un bail de quatre ans.
  • Améliorations locatives. Votre nouvel espace peut nécessiter certaines améliorations ou modifications (une nouvelle peinture, une nouvelle moquette, une reconfiguration de l’espace). La partie qui paiera ces améliorations dépendra de la tension du marché des bureaux commerciaux dans votre ville. La plupart des baux types stipulent que le locataire ne peut effectuer aucune modification ou amélioration sans le consentement du propriétaire. Demandez une clause qui stipule que vous pouvez apporter des modifications ou des améliorations avec le consentement du propriétaire, et que ce consentement ne sera pas refusé, retardé ou conditionné de manière déraisonnable. Souvent, vous pouvez négocier une  » allocation pour améliorations locatives « , c’est-à-dire une somme d’argent convenue que le propriétaire versera pour les améliorations et les modifications que vous souhaitez apporter.
  • Le loyer et les augmentations de loyer. Certains propriétaires offrent un loyer gratuit pendant le premier ou les deux premiers mois du bail. Le loyer fixe sur des baux à plus long terme est relativement rare. Parfois, les propriétaires insistent sur des augmentations annuelles basées sur le pourcentage d’augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC). Si votre propriétaire insiste sur les augmentations de loyer, essayez d’obtenir une augmentation de loyer basée sur l’IPC qui n’entre pas en vigueur pendant au moins les deux premières années du bail. Ensuite, essayez d’obtenir un plafond pour le montant de l’augmentation annuelle. Si vous devez vivre avec une clause d’indexation du loyer, essayez de négocier une augmentation fixe prédéterminée ; par exemple, un loyer de 5 000 $ par mois la première année qui ne passerait qu’à 5 200 $ par mois la deuxième année et à 5 400 $ par mois la troisième année.
  • Réparations, améliorations et remplacements. Méfiez-vous d’une clause qui stipule qu’à la fin du bail, vous devez remettre les locaux dans leur état initial. Essayez de négocier une clause qui stipule ce qui suit : « Les locaux seront rendus au propriétaire à la fin de la location dans le même état qu’au début de la location, à l’exception (1) de l’usure normale, (2) des dommages causés par le feu et les accidents inévitables dont le locataire n’est pas responsable, et (3) des modifications préalablement approuvées par le propriétaire. »
  • Cession et sous-location. Ceux qui démarrent une entreprise devraient négocier suffisamment de flexibilité dans la clause de cession et de sous-location pour permettre les fusions, les réorganisations et les changements d’actionnariat. Méfiez-vous d’une clause qui stipule qu’un changement de plus de 50 % de l’actionnariat de la société sera considéré comme une cession interdite sans l’approbation préalable du propriétaire. Au fur et à mesure que votre entreprise se développe et que de nouvelles personnes y investissent, cette clause peut être déclenchée par inadvertance.
  • Essayez d’éviter les dispositions unilatérales du bail. Les propriétaires utilisent des contrats de location types qui peuvent être très unilatéraux. Soyez à l’affût et négociez sur ces types de dispositions qui sont très favorables au propriétaire:
    • Le propriétaire a le droit de répercuter sur le locataire, sans limite, l’augmentation des coûts d’exploitation tels que les impôts fonciers, les réparations du bâtiment ou les primes d’assurance.
    • Le propriétaire tente de louer les locaux « en l’état » ou de se dégager de toute responsabilité quant au respect des lois environnementales (par exemple, les problèmes d’amiante).
    • Le propriétaire tente d’exiger du locataire qu’il paie toute augmentation de taxe résultant de la vente de la propriété.
    • Le propriétaire essaie de se réserver le droit de résilier le bail à sa convenance.
    • Le propriétaire essaie d’interdire la possibilité de sous-location ou de cession.
    • Le propriétaire insiste sur la garantie personnelle des principaux actionnaires de la société.
  • Envisagez de faire appel à un courtier en loyers. Un bon courtier en location peut s’avérer inestimable et représentera les meilleurs intérêts de votre entreprise. Il vous informera sur le marché actuel, localisera les espaces qui répondent à vos paramètres, organisera des visites et vous accompagnera pour voir ces espaces disponibles, puis préparera des lettres d’offre et négociera avec les propriétaires pour tous les espaces qui conviennent le mieux à votre entreprise.

30. Étudiez minutieusement votre concurrence avant de créer une entreprise

Assurez-vous de faire des recherches approfondies sur les produits ou services de la concurrence lorsque vous démarrez une entreprise, et tenez-vous au courant des nouveaux développements et annonces de vos concurrents. Une façon de le faire est de créer une alerte Google qui vous prévient lorsque de nouvelles informations sur ces entreprises apparaissent en ligne.

Attendez-vous à ce que les investisseurs potentiels de votre entreprise posent des questions sur vos concurrents. Tout entrepreneur qui dira que « nous n’avons pas de concurrents » aura des problèmes de crédibilité. Anticipez donc ces questions de la part des investisseurs :

  • Qui sont les principaux concurrents de l’entreprise ?
  • Quelle traction ces concurrents ont-ils obtenue ?
  • Qu’est-ce qui confère à votre entreprise un avantage concurrentiel ?
  • Par rapport à ces autres entreprises, comment vous positionnez-vous par rapport au prix, aux caractéristiques et à la performance ?
  • Quelles sont les barrières à l’entrée sur votre marché ?

31. Si vous cherchez un financement par Angel Investing, sachez ces points importants

Lors de l’examen d’un investissement potentiel, les investisseurs providentiels s’intéressent particulièrement aux éléments suivants :

  • La qualité, la passion, l’engagement et l’expérience des fondateurs.
  • L’opportunité de marché visée et le potentiel de croissance de l’entreprise pour devenir très importante.
  • Un plan d’affaires clairement conçu et les premiers signes d’une traction commerciale précoce.
  • Une propriété intellectuelle ou une technologie intéressante.
  • Une évaluation raisonnable de l’entreprise.
  • La probabilité que l’entreprise soit en mesure de lever des fonds supplémentaires à l’avenir si des progrès sont réalisés.

Les investisseurs providentiels voudront d’abord voir les éléments suivants de la part d’une startup :

  • Une présentation claire de l’entreprise.
  • Un résumé ou une présentation aux investisseurs
  • Un prototype ou un modèle fonctionnel du produit ou service de l’entreprise.
  • Des adopteurs précoces, des clients ou des partenaires

Il existe plusieurs façons de trouver des investisseurs providentiels, notamment :

  • AngelList
  • Capital-risqueurs
  • Banquiers d’affaires
  • Avocats
  • Comptables
  • Autres entrepreneurs
  • Sites de crowdfunding tels que Kickstarter et Indiegogo

La meilleure façon de trouver un investisseur providentiel lorsque vous démarrez une entreprise est de se faire présenter chaleureusement par un collègue ou un ami d’un investisseur providentiel. L’utilisation de LinkedIn pour vérifier les connexions mutuelles peut être utile.

32. Envisager l’adoption d’un plan d’options sur actions pour attirer et motiver les employés

Les plans d’options d’achat d’actions sont une méthode extrêmement populaire pour attirer, motiver et retenir les meilleurs employés, surtout lorsque l’entreprise n’est pas en mesure de verser des salaires élevés. Un plan d’options sur actions donne à l’entreprise la possibilité d’attribuer des options sur actions à des employés, des dirigeants, des administrateurs, des conseillers et des consultants, ce qui permet à ces personnes d’acheter des actions de l’entreprise lorsqu’elles exercent leur option.

Les plans d’options d’achat d’actions permettent aux employés de participer à la réussite de l’entreprise sans qu’une entreprise en démarrage ait à dépenser de précieuses liquidités. En fait, les plans d’options sur actions peuvent contribuer au capital de l’entreprise, car les employés paient le prix d’exercice de leurs options.

Le principal inconvénient des plans d’options sur actions pour l’entreprise est la dilution possible des capitaux propres des autres actionnaires lorsque les employés exercent leurs options sur actions. Pour les salariés, le principal inconvénient des options d’achat d’actions dans une société privée – par rapport aux primes en espèces ou à une rémunération plus importante – est le manque de liquidité. Tant que la société n’aura pas créé un marché public pour ses actions ou n’aura pas été rachetée, les options ne seront pas l’équivalent de prestations en espèces. Et si l’entreprise ne se développe pas et que ses actions ne prennent pas de valeur, les options peuvent finalement s’avérer sans valeur.

Des milliers de personnes sont devenues millionnaires grâce à leurs stock-options (Facebook étant un exemple célèbre), ce qui rend cette forme d’avantage très attrayante pour les employés potentiels. Le succès spectaculaire de certaines entreprises de la Silicon Valley et la richesse économique qui en a résulté pour les employés détenteurs d’options d’achat d’actions ont fait des plans d’options d’achat d’actions un puissant outil de motivation des employés pour qu’ils travaillent au succès à long terme de l’entreprise.

Pour toute personne qui crée une entreprise, voici une explication générale de la manière dont les options d’achat d’actions sont accordées et exercées :

  • XYZ, Inc. embauche un employé, John Smith.
  • Dans le cadre de son contrat de travail, XYZ accorde à Jean l’option d’acquérir 80 000 actions ordinaires de XYZ à 25 cents par action (la juste valeur marchande d’une action ordinaire de XYZ au moment de l’octroi).
  • Les options sont soumises à une période d’acquisition de quatre ans avec une acquisition en bloc d’un an, ce qui signifie que Jean doit rester employé par XYZ pendant un an avant d’avoir le droit d’exercer 20 000 des options. Les 60 000 options restantes sont ensuite acquises à raison de 1/36 par mois au cours des 36 mois suivants de son emploi.
  • Si Jean quitte l’entreprise ou est licencié avant la fin de sa première année, il ne reçoit aucune des options.
  • Une fois que ses options sont « acquises » (qu’elles peuvent être exercées), il a la possibilité d’acheter les actions à 25 cents par action, même si la valeur de l’action a augmenté de façon spectaculaire.
  • Après quatre ans d’emploi continu, les 80 000 actions de son option sont acquises.
  • XYZ connaît le succès et devient une entreprise publique, et ses actions se négocient à 20 dollars par action.
  • Jean exerce ses options et achète 80 000 actions pour 20 000 $ (80 000 x 25 cents).
  • Jean fait volte-face et vend ses 80 000 actions pour 1,6 million de dollars (80 000 x le prix de 20 dollars par action négociée en bourse), réalisant ainsi un énorme bénéfice de 1 580 000 dollars.

33. Se concentrer sur l’offre d’un service client exceptionnel

Des entreprises telles que Zappos et Virgin America ont connu un énorme succès parce qu’elles se sont attachées à fournir un service et un soutien excellents à leurs clients. Vous voulez que vos premiers clients vous recommandent et chantent vos louanges à leurs amis et collègues. Remerciez personnellement vos clients par courrier électronique. Faites un effort supplémentaire pour montrer votre appréciation.

34. Avant de créer une entreprise, engagez un avocat expérimenté en matière de création d’entreprise

Lorsque vous démarrez une entreprise, vous avez besoin d’un avocat d’affaires avisé, qui a formé et conseillé régulièrement de nombreux autres entrepreneurs et qui est spécialisé dans les start-ups. Un avocat expérimenté spécialisé dans les start-ups peut vous aider :

  • Incorporer
  • Rédiger les contrats avec les éventuels cofondateurs.
  • Préparer les accords clés de l’entreprise
  • Mettre en place un plan d’options sur actions pour les employés
  • Vous guider à travers les pièges potentiels des RH
  • Préparer des lettres d’offre protectrice pour les employés potentiels
  • Vous aider à négocier les conditions avec les investisseurs potentiels
  • Limiter vos responsabilités juridiques potentielles
  • Protéger vos idées et vos inventions (par le biais de droits d’auteur, de brevets et d’accords de non-divulgation).

Dans un effort malavisé pour économiser sur les dépenses, les créateurs d’entreprise engagent souvent des conseillers juridiques inexpérimentés. Plutôt que de dépenser l’argent nécessaire à l’embauche d’un conseiller juridique compétent, les fondateurs engagent souvent des avocats qui sont des amis, des parents ou d’autres personnes qui offrent d’importantes réductions d’honoraires. Ce faisant, les fondateurs se privent de l’avis d’un conseiller juridique expérimenté qui pourrait potentiellement les aider à éviter de nombreux problèmes juridiques graves.

Lire aussi : Conseils de femmes entrepreneurs pour lancer votre Startup

Obtenez des recommandations d’avocats auprès d’autres entrepreneurs et capital-risqueurs. Assurez-vous d’avoir de bons rapports avec l’avocat. Rencontrez plusieurs avocats potentiels avant de prendre une décision finale (ces premières rencontres devraient être gratuites).

35. Se sentir à l’aise pour parler en public

Lors de la création d’une entreprise, la capacité à communiquer efficacement peut s’avérer essentielle pour attirer les clients, motiver les employés et convaincre les investisseurs de lever des fonds. La plupart des gens ne sont pas très doués pour parler en public et beaucoup en ont même peur. Vous devez vous efforcer de surmonter cette peur. Envisagez de travailler avec un coach en art oratoire ou en affaires pour améliorer vos compétences oratoires. Certains des entrepreneurs les plus célèbres, comme le fondateur d’Apple Steve Jobs, étaient connus pour être de grands orateurs.

5 commentaires sur « Créer une entreprise – Le guide complet en 35 étapes pour entrepreneurs »

Laisser un commentaire