0 5 minutes 2

C’est autour des années 2014 que le terme «growth hacker» se fait connaître et commence à faire l’objet de beaucoup de curiosité de la part des marketers.  Ce terme fait penser à une activité illégale et pourtant, plusieurs entreprises et startups  sont activement à la recherche de cette perle rare. Mais qui est-il exactement? Est-il indispensable pour la croissance d’un business ? Aujourd’hui  nous levons le voile sur ce métier peu connu du public. 

Que ce qu’un Growth Hacker ?

Le métier de Growth Hacker est récent, il est né d’une nécessité : booster la croissance des entreprises, et en particulier des startups, par tous les moyens. Le Growth Hacker a donc un rôle fondamental dans les entreprises en plein développement : il doit favoriser rapidement leur croissance en mettant en œuvre la meilleure stratégie de webmarketing pour attirer le maximum de clients ou d’utilisateurs. 

Le but est de réaliser cet exploit en un minimum de temps en minimisant les coûts de marketing et de communication. L’activité du growth hacking n’est pas considérée comme une technique marketing, mais une nouvelle vision de la croissance. Le mot « hacker » vient du fait que les méthodes utilisées sont jugées non conventionnelles dans le but d’attirer un maximum de clients.

Les compétences et qualités requises pour devenir Growth Hacker

Il n’y a pas vraiment de profil type pour faire du Growth Hacking, comme il n’y a pas de profil pour faire la guerre. Ce qu’on lui demandera, c’est d’être un guerrier du web ! Le Growth Hacker doit faire preuve de beaucoup de créativité pour trouver de nouvelles sources et leviers d’acquisition originaux. Il doit être en mesure de mettre en place de nouveaux moyens d’acquisition : les inventer, les mettre en place techniquement, les tester, analyser les performances etc.

Lire aussi : L’industrie chinoise des voitures électriques bouillonne et Huawei entre dans la course

Les différentes techniques qu’il utilise pour arriver à une solution efficace sont très variées. Ainsi, le growth hacker doit pouvoir aussi bien maîtriser les outils web, la programmation, comprendre les réseaux sociaux ou encore manager un projet.

Les études ou formations pour devenir  Growth hacker

Auparavant,  n’existait pas de formation spécifique à ce métier. Bien que beaucoup de Growth Hackers actuels soient autodidactes, il existe depuis peu quelques formations courtes (certifiantes ou non) en Growth Hacking. Les professionnels de ce métier ont généralement eu de précédentes expériences dans le webmarketing, le référencement ou le développement. Si vous vous lancez sur cette voie, les compétences techniques nécessaires vous obligeront à vous diriger vers une formation informatique ou de développement en programmation. Plus qu’une formation, c’est souvent la passion, la curiosité et la culture webmarketing qui permettent de prétendre à un poste de Growth Hacker.

Evolutions professionnelles d’un Growth Hacker 

Le métier de Growth Hacker étant relativement récent, les perspectives d’évolutions ne sont pas encore toutes tracées. L’évolution d’un Growth Hacker dépendra donc de la taille et de la croissance de l’entreprise dans laquelle il se trouve.

Cependant, il est facile d’imaginer qu’un Growth Hacker aura la possibilité d’évoluer vers des postes à responsabilité technique : responsable webmarketing, responsable marketing, responsable acquisition, manager dans la relation client, Product Owner, Product Manager, Head of Product etc. Beaucoup de postes à vision stratégique sont envisageables.

Les Growth Hackers travaillent aujourd’hui principalement au sein de startups. Il peut aussi travailler dans des agences de webmarketing et depuis peu dans des agences spécialisées dans le Growth Hacking.

Vous l’aurez compris, pour devenir Growth Hacker, il faut maîtriser tous les aspects du web, et du webmarketing à 360° : les performances d’un site, le référencement, les réseaux sociaux, les stratégies d’acquisition clients etc.

Le Growth Hacker doit aussi résister à la pression devant une mission qui n’est pas toujours encadrée et qui nécessite de prendre des initiatives. Il gère ainsi autant les axes pourvoyeurs de croissance que la stratégie pour y parvenir. La polyvalence, le dynamisme et l’autonomie sont des qualités essentielles.

Contacter un Growth Hacker

Laisser un commentaire