TRIVMPH - Le Sierra Leone construit sa première usine de café
0 7 minutes 139

La Sierra Leone a ouvert sa première usine de transformation du cacao dans le but de tirer des bénéfices de l’industrie cruciale du pays et d’améliorer la vie de milliers d’agriculteurs locaux.

Les machines de la nouvelle usine, nichée dans le village oriental de Kenema, ont pris vie la semaine dernière lors d’une cérémonie à laquelle a assisté le président Julius Maada Bio, qui a déclaré qu’il s’agissait d’un « pas de géant » pour le pays et l’économie.

Avec la capacité de traiter jusqu’à 4 000 tonnes de fèves de cacao par an, soit environ un quart de la production annuelle du pays, l’industrie cacaoyère de la Sierra Leone rejoint les rangs des plus grands producteurs de cacao du monde, la Côte d’Ivoire et le Ghana, qui broient, torréfient et moulent les fèves de cacao en liqueur de cacao non sucrée ou en pâte de cacao, utilisée pour fabriquer du chocolat, depuis des années.

La Côte D’Ivoire, qui a obtenu sa première usine de chocolat à l’échelle industrielle en 2015, produit aujourd’hui deux millions de tonnes de cacao par an, soit l’équivalent de plus de 40 % du marché mondial.

La nouvelle installation, construite par Capitol Foods Limited, exportera son produit semi-fini aux principaux acheteurs de produits cacaotés et aux chocolatiers en Europe pour un prix supérieur de 20 % à celui auquel elle vendait ses fèves de cacao non transformées, explique le propriétaire de l’usine, Hamza Hashim, PDG de Capitol Foods Limited.

Lire aussi : Cannabis Business – L’Afrique vers un marché du cannabis de 7 milliards de dollars

Si l’ouverture de l’usine représente une petite victoire dans la lutte du continent pour tirer profit de ses ressources naturelles au lieu d’exporter des matières premières vers les nations industrialisées, l’usine de transformation a également pour but d’aider les producteurs de cacao locaux à libérer le potentiel de leurs terres, de leurs cultures et de leurs compétences, explique M. Hashim.

« Il s’agit surtout de l’impact sur les agriculteurs et de la façon dont cela va changer leur vie », ajoute-t-il.

Le président Julius Maada Bio et Hamza Hashem inspectent le produit fini dans l’usine de Capitol Food à Kenema.

Construit dans le cadre d’un projet de 2,9 millions de dollars soutenu par 600 000 dollars du Sierra Leone Agribusiness Development Fund (SLAD) et conçu pour aider les cultivateurs de cacao à tirer davantage de valeur de leur dur labeur, l’impact du projet est double.

Tout d’abord, il vise à améliorer la qualité des récoltes et les rendements des quelque 2 800 agriculteurs auprès desquels la société s’approvisionne en fèves en leur fournissant de meilleurs plants de cacao, une certification des cultures biologiques, une formation agricole et des prêts pour développer leurs activités. Deuxièmement, le projet aidera les agriculteurs à obtenir un prix plus élevé pour leur production sur le marché mondial du cacao, dit-il.

De beaux rêves

Le projet pourrait contribuer à redynamiser l’industrie du cacao, en perte de vitesse, alors que le pays se remet de l’impact à long terme d’une guerre civile de dix ans. Bien que les armes se soient tues en 2002, l’abandon des plantations de cacao pendant la guerre a laissé la production et le rendement en deçà des taux d’avant-guerre.

La Sierra Leone a exporté 33,2 millions de dollars de fèves de cacao en 2019, ce qui en fait le 17e plus grand exportateur de fèves de cacao au monde, selon le site de données commerciales de l’OEC. Ailleurs en Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire exporte 3,84 milliards de dollars par an, le Ghana 1,61 milliard de dollars et le Nigeria 715 millions de dollars.

Les fèves de cacao constituent la cinquième exportation du pays, la majeure partie de leur cacao (31,8 millions de dollars) étant destinée aux Pays-Bas, à la Belgique, aux États-Unis, à l’Italie et à la Malaisie.

Les prochaines étapes consisteront à fabriquer du chocolat dans le pays pour la première fois, indique M. Hashim.

« Nous avons prévu de moderniser l’usine pour produire du chocolat, du beurre et de la poudre d’ici 2022, et nous cherchons à étendre nos marchés d’exportation à l’Amérique du Nord et au Moyen-Orient ».

Crise du cacao

Les gros producteurs de cacao de la région sont également engagés dans une bataille permanente avec les grandes entreprises de chocolat qu’ils accusent de priver les agriculteurs d’une existence digne en essayant d’éviter un prix minimum de 400 dollars par tonne de cacao nouvellement introduit.

Cette prime a été introduite en juillet 2020 par le Ghana et la Côte d’Ivoire, qui produisent plus de 60 % du cacao mondial, dans le but de réduire la pauvreté des agriculteurs.

Lire aussi : Pourquoi se lancer dans la culture de la tomate en Afrique

Un rapport publié par le réseau VOICE, qui préconise une réforme du secteur du cacao pour améliorer les conditions de travail, indique que le marché du cacao en vrac maintient les producteurs dans un cycle de pauvreté, moins de 10 % des agriculteurs ghanéens se situant au niveau ou au-dessus du seuil de revenu vital.

La querelle actuelle sur les prix a déclenché un bras de fer intense et complexe entre les géants du chocolat et les gouvernements d’Afrique de l’Ouest, qui se déroule « comme une série Netflix, par opposition à un film hollywoodien avec une fin », déclare Antonie Fountain, le directeur général du réseau VOICE.

« Mais il est clair qu’au bout du compte, sans prix plus élevés, le cacao ne sera jamais viable, et nous allons donc devoir trouver un moyen de nous en sortir d’une manière ou d’une autre. Le fait que les Ivoiriens et les Ghanéens s’unissent pour obtenir des prix plus élevés pour les agriculteurs est un bon premier pas. Mais il faut aller plus loin ».

Laisser un commentaire